Cet abri ultra-résistant accueille un élevage de criquets

le
0

VIDÉO - Cette grotte futuriste installée à New-York est capable de résister à tout type de catastrophe naturelle, mais aussi d’accueillir des millions de criquets. Pour quoi faire ? Pour les manger bien sûr !

Un criquet, ce petit goût de noisette en bouche et ça y est... vous avez déjà pris goût à l’entomophagie, cette tendance qui nous fait manger des insectes. Convaincu du potentiel nutritif de cette ressource naturelle abondante, un architecte américain a décidé d’imaginer une ferme productrice de criquets. Le résultat est plutôt surprenant, ce bâtiment à l’allure de vaisseau spatial n’est autre qu’une ferme productrice de criquets, capable de résister à n’importe quelle catastrophe naturelle. Complètement en adéquation avec les préoccupations environnementales actuelles, son concept vient d’être récompensé à New-York à l’occasion de l’exposition «Survival Architecture and Art of resilience» dans la section «Visionnaire».

Une ferme urbaine pour produire de la farine de criquets

Conçue par la société new-yorkaise Terreform ONE, cette structure de plastique pourrait bien être la solution à la crise alimentaire qui menace nos futures générations. C’est en tout cas ce que veut croire Mitchell Joachim, l’architecte à l’origine de cette conception. Désireux d’élaborer un lieu capable de résister au temps, aux bouleversements climatiques et aux catastrophes naturelles, il a ainsi imaginé cette structure de plastique coiffée d’une vingtaine de pics hérissés nécessaires à la bonne ventilation de la ferme. Car à l’intérieur, ce sont quelque 22 millions de grillons qui chantent, grouillent et grignotent. Répartis dans des dizaines de modules propices à leur multiplication, ces insectes sont ensuite récoltés, séchés et broyés en une farine alimentaire assaisonnée d’épices et de noix que l’on peut aisément ajouter à ses recettes préférées.

Les concepteurs de cette ferme futuriste vantent ainsi une méthode de récolte des insectes sophistiquée et garantissant de bonnes conditions sanitaires. Ils espèrent même prochainement vendre le fruit de leur production grâce à des petites collations vendues 8 dollars le pot de farine de criquets. Mais pour l’heure, le plus grand défi reste encore de conquérir les consommateurs. Pourtant, sachez que cette farine peut contenir jusqu’à trois fois plus de protéines qu’un steak. Jiminy Cricket a bien du souci à se faire...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant