Cession du Printemps aux Qataris : une enquête préliminaire ouverte

le
0
Cession du Printemps aux Qataris : une enquête préliminaire ouverte
Cession du Printemps aux Qataris : une enquête préliminaire ouverte

«Montages financiers opaques», commissions «exorbitantes» : la cession de la chaîne de magasins Printemps à des investisseurs qataris serait entachée de d'irrégularités, selon l'intersyndicale du groupe. Celle-ci avait déposé un signalement auprès du procureur de Paris fin mai. Les représentants du personnel ont été entendus. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 28 juin, a indiqué vendredi une source judiciaire, confirmant une information de Mediapart.

Confiée à la brigade financière, l'enquête sur cette cession devra dans un premier temps, «mieux définir les contours de l'affaire», afin de classer la plainte sans suite ou, au contraire, ouvrir une information judiciaire et désigner un juge d'instruction.

Dès avril, les syndicats du Printemps s'étaient inquiétés de l'identité des acquéreurs. Si les processus de vente envisagés étaient «obscurs ou peu louables au seul profit d'intérêts financiers», les syndicats mettront tout en ?uvre «tant d'un point de vue civil que pénal pour protéger l'intérêt des salariés», avaient-ils annoncé. Après avoir réuni un grand nombre de documents, Bernard Demarcq, le porte-parole de l'intersyndicale du groupe, a estimé en mai qu'il «faut enquêter sur des soupçons de corruption privée, d'abus de confiance, d'opération de blanchiment et de fraude fiscale», avant de saisir le procureur.

Quelque 600 millions d'euros des commissions

Mercredi, la finalisation de la cession du groupe Printemps à des investisseurs qataris, Divine Investments (Disa), a été annoncée, faisant fi de la loi. Les syndicats avaient déposé une assignation en référé pour défaut d'information et le jugement devait être rendu le 8 août. Selon Mediapart, le montant de l'opération atteindrait 1,75 milliard d'euros. L'autorité de la concurrence française avait approuvé l'acquisition le 22 juillet. Disa, société d'investissements luxembourgeoise détenue par des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant