Cesar Delgado : "J'adorerais que Bielsa m'entraîne de nouveau"

le
0
Cesar Delgado : "J'adorerais que Bielsa m'entraîne de nouveau"
Cesar Delgado : "J'adorerais que Bielsa m'entraîne de nouveau"

De retour à Rosario Central, après des années d'exil au Mexique et à l'OL, Cesar Delgado livre ses impressions sur les Gones, Bielsa et le championnat de France. Avec le sourire et en toute décontraction.

Tu es revenu à Rosario dix ans après l'avoir quitté. Tu te sens comment ? Très heureux d'être de retour à la maison, là où j'ai mes origines, mes petites choses, mes amis et ma famille. C'est le club ou j'ai commencé, là où tout à débuter pour moi.
C'est un rêve qui se réalise ? Je ne sais pas, je ne le prends pas comme ça parce que je savais que tôt ou tard je reviendrais ici. J'ai quitté Rosario Central très vite il y a quelques années mais pour vous dire la vérité, ça faisait longtemps que j'avais envie d'y revenir. Le rêve serait complet si j'arrive à être champion d'Argentine avec Central.
Tu es revenu pour y finir ta carrière ? On ne sait jamais ce qui va se passer. Aujourd'hui, je profite de l'instant et d'être là où je voulais vraiment être. J'espère que je pourrais raccrocher les crampons ici parce que j'aime ce club.
Tu n'es pas le seul à être revenu à Central et d'autres ont fait la même chose chez votre grand rival, Newell's. Rosario à quelque chose de spécial ? On veut redonner à nos clubs formateurs tout ce qu'ils nous ont donné. On aime nos blasons, nos couleurs et puis les supporters de Central, par exemple, sont spéciaux : ils sont fous (rires). Moi, j'ai toujours supporté Central et jouer pour eux est un honneur. Ces couleurs sont les miennes.
Tu as joué la Champion's avec Lyon, tu as disputé le championnat mexicain. Est-ce que le football s'y vit de la même manière qu'à Rosario ? Non. Il n'y a rien de comparable. Ici, par exemple, les clásicos se vivent plus intensément. Ils ont une saveur spéciale que tu ne retrouveras nulle part ailleurs. Rosario respire le football à chaque second qui passe. Ça en fait une ville unique.
Quand tu jettes un coup d'œil dans le rétro, quelle image penses-tu avoir laissé dans les clubs ou tu es passé ? Je m'identifie énormément à Central, mais c'est vrai que je me suis fait apprécier partout où je suis allé. C'est une prouesse car c'est difficile pour un étranger de se faire accepter des supporters. J'ai toujours fait du mieux que je pouvais et quand je suis parti je l'ai toujours fait de la meilleur manière possible:…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant