Ces retraites chapeaux qui ont fait polémique

le
0
EN IMAGES - Avant Philippe Varin, d'autres grands patrons avaient décroché des retraites complémentaires dépassant pour certains le demi-million d'euros.

Pas besoin de quitter une entreprise en bonne santé pour toucher une retraite chapeau. C'est l'enseignement qui ressort des polémiques liées ces dernières années à ces retraites complémentaires, versées au moment du départ à la retraite d'un dirigeant et entièrement financées par l'entreprise.

Il y a donc le dossier PSA qui s'ouvre, mais il y a eu avant -cet été - Dexia, la banque dont la faillite a coûté 6,6 milliards d'euros à l'État français, Alcatel-Lucent et ses 10.000 suppressions de postes ou encore France Telecom et ses suicides. À chaque fois, les patrons de ces groupes sont partis avec des rentes annuelles comprises entre 300.000 et 700.000 euros euros.

Face à la polémique, certains ont toutefois décidé d'y renoncer, comme Henri Proglio, alors à la tête de Veolia, en 2011. D'autres se...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant