Ces quatre-là ont porté le maillot de l'Inter et de Sainté

le
0
Ces quatre-là ont porté le maillot de l'Inter et de Sainté
Ces quatre-là ont porté le maillot de l'Inter et de Sainté

L'Inter et Saint-Étienne se croisent pour la première fois de leur histoire ce soir. Seulement quatre joueurs ont porté les casaques des deux équipes. Qui sont-ils ?

  • Giovanni Bia
    Les joueurs italiens ayant évolué en France ne sont pas bien nombreux. Et encore moins en Ligue 2. Oui, puisque quand Giovanni Bia débarque à Saint-Étienne en 2001, les Verts sont à l'échelon inférieur, dans ce qui s'appelle encore la Division 2. Ils viennent de redescendre après la fameuse saison émaillée par l'affaire des faux passeports. Âgé de 33 ans, Bia est aligné en défense centrale aux côtés de Mettomo et marque même un pénalty pour sa première contre Istres (défaite 1-2), avant de perdre tout doucement sa place au profit de Stéphane Hernandez ou Eduardo Oliveira. Puis il s'en va jouer une dernière saison à la Reggiana en Serie C1. Le pire, c'est qu'on se souvient mieux de son passage à l'ASSE qu'à l'Inter. Il n'y évolue là aussi qu'une saison, en 1994-95, la dernière avant l'avènement de Massimo Moratti. Bia arrive alors en provenance du Napoli, sans que l'on ne sache trop pourquoi. Jamais il n'a eu une quelconque réputation de bon joueur en Italie, jamais il n'a été convoqué en sélection (au moins, Torrisi de l'OM, oui). Aujourd'hui, il se balade souvent en costard-cravate, puisqu'il est un agent plutôt actif en Italie. Il a même un site Internet, tiens.

  • Laurent Blanc
    C'est avec une étiquette d'espoir déchu du football français que Laurent Blanc débarque à Saint-Étienne en 1993. Il a 28 ans et arrive en provenance de Nîmes qui a été relégué. Sa carrière bat dangereusement de l'aile et a besoin d'un second souffle. Objectif plutôt réussi puisqu'il plante 18 buts en deux saisons et est même meilleur buteur lors de la seconde avec 13 réalisations, mieux que Titi Camara, Franck Priou et Stéphane Guichard réunis. Autant que Kozniku de Cannes et Tholot de Martigues. Collectivement, c'est moins chouette, une 11e et une 18e place. Cette dernière aurait d'ailleurs due être synonyme de relégation si l'on n'avait pas empêché Marseille de remonter. Quatre ans plus tard, on retrouve le Président à l'Inter avec un titre de champion du monde en poche. Il quitte l'OM en compagnie de Cyril Domoraud. On est en plein dans les années folles de l'Inter, des grands noms qui côtoient des escrocs et le tout pour des résultats moyens. « Lolo » tire largement son épingle du jeu, il ne loupe qu'un match de...



  • ...

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant