Ces primaires qui font durer le suspense aux États-Unis

le
0
VIDÉOS - L'Illinois organise mardi sa primaire. L'occasion pour Mitt Romney de convaincre après un Super Tuesday en demi-teinte et les revers enregistrés dans le Sud. Retour sur toutes ces primaires de longue haleine qui n'ont rien d'inédit aux Etats-Unis.

Un triomphe en Illinois pour reconquérir l'élan et le dynamisme de la campagne. Le favori, Mitt Romney, va tenter mardi de remporter la primaire de cet Etat du Nord - 54 délégués à la clé -. Le mois de mars a été rude pour les ambitions de l'ancien gouverneur du Massachusetts. Sa victoire au Super Tuesday, il y a 15 jours, n'a pas convaincu. Romney a certes arraché six des dix Etats en jeu, mais n'a pas distancé ses rivaux. Pis, l'ultraconservateur Rick Santorum l'a devancé, la semaine passée, dans le Sud en s'imposant dans l'Alabama et le Mississippi.

Ce scénario d'une campagne prolongée rappelle les années 80. «A l'époque, les primaires étaient beaucoup plus susceptibles de durer car les scrutins étaient étalés dans le temps entre mars et juin, comme c'est le cas cette année», souligne Josh Putnam. «Cela prend donc au candidat victorieux beaucoup plus de temps pour réunir un nombre suffisant de délégués pour décrocher l'investiture. Le professeur de scie...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant