Ces plantes sont nos ennemies

le
0
Ces plantes sont nos ennemies
Ces plantes sont nos ennemies

Elles tapissent les berges de nos ruisseaux, fleurissent au coeur des champs cultivés, ont colonisé les talus de nos routes et s'épanouissent dans les friches industrielles. Malgré leur joli nom exotique et leur apparence inoffensive, la berce du Caucase, la renouée du Japon, l'orobanche et le Datura stramonium figurent désormais aux côtés de l'ambroisie parmi les plantes invasives les plus surveillées de l'Hexagone. Alors que les espèces toxiques et envahissantes font actuellement l'objet d'un projet de règlement européen, le comité parlementaire de suivi du risque d'ambroisie a décidé de sensibiliser les élus aux dangers de ces quatre espèces qui colonisent petit à petit le territoire.

Si le pollen de l'ambroisie est désormais bien connu des médecins pour ses effets fortement allergènes, on sait moins que les graines de datura, qui se développe dans les champs cultivés, sont hautement toxiques, que l'orobanche a parasité 150 000 ha de surface agricole, affaiblissant des cultures de haricots, de tomates, de tournesols ou de colza. Président du comité parlementaire de suivi de l'ambroisie, le député-maire UMP de Crémieu (Isère), Alain Moyne-Bressand, déposera le mois prochain une proposition de loi visant à juguler le développement de ces envahisseurs naturels.

Allergies, brûlures...

L'ambroisie est désormais recensée dans 87 départements, a été repérée dans le bois de Vincennes et près du canal Saint-Martin à Paris, Alain Moyne-Bressand veut à tout prix alerter les pouvoirs publics, les élus locaux et la population des dangers de cette plante et surtout de la nécessité de l'éradiquer dès qu'elle apparaît dans un champ ou au bord d'une route. « En août et septembre, le pollen d'ambroisie est emporté par le vent et provoque des allergies graves au sein de la population, explique l'élu : 12 à 15 % des Français y sont potentiellement sensibles. » Fléau des agriculteurs, la berce du Caucase favorise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant