Ces particuliers qui vendent leurs réserves d'essence à prix d'or

le
0

Certains internautes ont profité de la pénurie pour proposer à la vente quelques litres d'essence à des prix astronomiques. La distribution d'essence est pourtant strictement encadrée.

«Suis-moi et RT pour gagner 20 litres du carburant de ton choix (dans la limite des stocks disponibles)» La formule peut prêter à sourire. De nombreux messages reprenant à peu de choses près la même proposition ont pourtant été postés ces derniers jours sur Twitter. La ficelle est un peu grosse pour ne pas flairer la supercherie destinée à faire gonfler artificiellement le nombre d'abonnés des comptes postant les annonces.

»» À lire aussi: comment réduire sa consommation de carburant

D'autres en revanche se révèlent beaucoup plus sérieux. Sur Facebook, certains groupes de «bons plans» sont assaillis par les messages d'internautes proposant généreusement quelques litres d'essence à des prix astronomiques: 250 euros les 20L, par exemple, soit 12,5 euros le litre! Bien loin des prix affichés à la pompe avant la pénurie, entre 1,10 euro pour le litre de gazole et 1,40 euro pour le sans plomb 98.

Sur le site de petites annonces LeBonCoin, les propositions sont là encore aussi nombreuses que scandaleuses. «Afin de ne pas aller à pied ou en roller au travail, procurez-vous votre bidon avant que ce ne soit trop tard», précise le vendeur d'un bidon d'essence dans un discours marketing bien étudié. «Possibilité d'échange contre une Renault R5 blanche n'ayant pas subi d'excès de vitesse», espère un autre, peut-être un peu trop gourmand ou tout simplement blagueur.... «Possibilité de se servir directement dans mon réservoir», précise un autre petit malin. Les prix de vente oscillent entre 2 euros et... 10 euros le litre!

»» A lire aussi: va-t-on encore manquer d'essence ce week-end

Que risquent les vendeurs?

Selon la réglementation douanière, «la revente de carburants ayant déjà supporté la TIPP est libre, sous réserve que les opérateurs qui effectuent cette activité soient enregistrés par l'administration des douanes». Or, ce n'est pas le cas des particuliers. Mais sont-ils concernés pour autant par cette réglementation? «Vous êtes concerné si vous revendez des gazoles et des supercarburants sans plomb (SP95, SP98 ou E10) ayant déjà supporté la TIPP, que vous disposiez ou non d'installation de stockage», précise le site des douanes.

»» À lire aussi: Où trouver des stations-service ouvertes?

Pour avoir davantage de précisions, notamment sur ce qui pourrait arriver aux contrevenants, Le Figaro a contacté la direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Verdict: l'activité ne relève pas de leurs services mais de ceux des Douanes. Or, la réponse y a été pour le moins étonnante: si la revente entre particuliers est «a priori interdite», difficile d'identifier la réglementation qui s'applique. Nous sommes invités à nous rapprocher du ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer... qui nous renvoie finalement vers la DGCCRF. Il faut croire que les revendeurs d'essence à la sauvette, dont le nombre augmente au fur et à mesure de la pénurie, ne risquent pas grand-chose.

»» Lire aussi: Pénurie de carburants: les sites et les applis de covoiturage font le plein

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant