Ces objets de la maison que l'on peut s'échanger ou se louer sur Internet

le
0

INFOGRAPHIE - L'économie du partage séduit de plus en plus d'adeptes poussés, entre autres, par la baisse de leur pouvoir d'achat. Des pratiques qui auraient pesé dans le monde plus de 266 milliards d'euros en 2013.

Aujourd'hui, tout ou presque peut se louer, s'échanger ou se partager via Internet. Voitures, maisons, canapés, frigos, machines à laver, journaux ... Poussés par la crise et la baisse de leur pouvoir d'achat, les Français se ruent sur les sites de partage en quête de bons plans. «Beaucoup de Français se tournent vers ces solutions pour payer moins cher», expliquait récemment au Figaro Rémy Oudghiri, directeur du département tendances au sein de l'institut Ipsos. L'économie collaborative séduit d'autant plus d'adeptes qu'elle est portée par l'évolution des nouvelles technologies, comme les smartphones, ou l'explosion des réseaux sociaux, qui permettent aux particuliers d'entrer en contact plus facilement.

Selon une récente étude Accenture, ces nouvelles pratiques ont représenté un chiffre d'affaires mondial de plus de 266 milliards d'euros en 2013. Et, d'après un sondage TNS Sofres réalisé en novembre dernier, 48 % des Français s'adonnent au «CtoC» (comprendre «consumer to consumer»), un autre terme pour décrire les transactions entre particuliers.

Toujours est-il que les professionnels doivent faire attention aux inquiétudes - nombreuses - des usagers, qui pourraient freiner leur essor. Notamment en ce qui concerne la qualité des produits et des services proposés, ou la sécurité des transactions. Leur principale crainte, selon un récent baromètre PriceMinister-Rakuten et La Poste: la «peur de se faire avoir», qui concerne 76% des sondés.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant