Ces ministères qui abandonnent le centre de Paris

le
1

1700 salariés du ministère de la Justice déménagent leurs cartons dans de nouveaux locaux au Nord-Est de la capitale. Le but : réaliser des économies.

Travailler dans le cœur de Paris pourrait-il devenir un privilège rare pour les agents d’État? Si la majorité d‘entre eux exercent encore leurs fonctions dans les locaux des différents ministères installés dans les beaux quartiers de la capitale, certains ont déménagé ou vont déménager dans de nouvelles infrastructures plus périphériques, comme les 1700 salariés du ministère de la Justice. Et à moyen terme, les fonctionnaires des ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Culture vont connaître le même sort. La cause de ces grands chambardements: la recherche d’économies, évidemment.

Porte d’Aubervilliers, un imposant bâtiment de verre de 32.000 m² du parc de bureaux du Millénaire (XIXe) coincé entre le périphérique et le canal Saint-Denis (93) reçoit depuis plusieurs semaines ses premiers locataires: des agents du ministère de la Justice. Jusqu’à présent répartis dans divers endroits de Paris, notamment dans les Ier, IIe, IVe et XVe arrondissements. Au total, 1700 salariés des services centraux de la chancellerie (secrétariat général, directions des services judiciaires, direction des affaires civiles…), rejoindront leurs nouveaux bureaux d’ici à février 2016.

Un immeuble flambant neuf pour 223 millions d’euros

«C’est un projet immobilier majeur mené en partenariat avec France Domaine… Notre démarche vise à plus de rationalisation et d’efficacité mais nous permettra aussi de faire des économies», a expliqué Oliver Pedro-Jose, porte-parole du ministère dans les colonnes du Parisien.

Lancé en 2011, ce projet de déménagement devrait permettre à la chancellerie d’économiser 7 millions d’euros sur un budget de 25 millions d’euros de loyer annuel. L’immeuble situé Porte d’Aubervilliers a été acquis pour 223 millions d’euros en crédit-bail. Toutefois, les bureaux de la ministre de la Justice ainsi que la Direction des affaires criminelles et des grâces et de la Direction des affaires civiles et du sceau (DACS) resteront place Vendôme (Ier).

Les autres projets de déménagements

Si ce déménagement des agents de la chancellerie est historique, un autre sera encore plus marquant: celui du ministère de la Défense. Cet automne une partie des 420.000 m² du nouveau Pentagone à la française - le «Balardgone» - situé à Balard (XVe) au sud de Paris, sera inaugurée. Au total, l’infrastructure moderne accueillera 9300 militaires et fonctionnaires affectés sur 17 sites à travers la capitale, dont le prestigieux siège situé Boulevard Saint-Germain (VIIe).

Le nouveau bâtiment construit autour d’un partenariat public-privé mené par Bouygues aura coûté pas moins de 4,3 milliards d’euros. Chaque année l’État versera un loyer de 154 millions d’euros pour la maintenance et l’entretien du site sur une durée de 27 ans. Pour financer ce site flambant neuf, le ministère de la Défense espère récolter 600 millions d’euros tirés des futures ventes de ses 17 adresses parisiennes. Dont l’îlot Saint-Germain estimé à 350 millions d’euros et qui intéresse fortement Anne Hidalgo. La maire de Paris souhaite reconvertir les bureaux en logements sociaux. Si l’opération venait à se réaliser, les futurs habitants croiseront encore le ministre de la Défense et ses équipes rapprochées qui resteront à l’adresse historique de l’Hôtel de Brienne (VIIe).

Parmi les projets d’une envergure un peu plus limitée, le ministère de l’Intérieur va prochainement installer 1350 agents de sept directions sur un site de….000 m² offrant 84.000 m² de bureaux dans le nouvel l’immeuble Le Garance, rue des Pyrénées (XXe). De son côté, le ministère de la Culture souhaite regrouper ses 1400 agents parisiens sur un même site en proche banlieue. Un appel à projet a été lancé…

Le cas du ministère des Finances

Le dernier grand transfert d’un ministère date de 1989. Le ministère des Finances avait déplacé ses bureaux de la très prestigieuse adresse du palais du Louvre (Ier) qu’il occupait depuis‘71 - François Mitterrand souhaitait libérer l’aile Richelieu pour les besoins du musée - vers les quai de Bercy (XIIe). Depuis plus de 25 ans, 5000 fonctionnaires se partagent 230.000 m² de bureaux dans une infrastructure - un viaduc long de 370 mètres divisé en cinq bâtiments - face à la Seine. Cette fois-ci, les différents ministres, celui des Finances et celui l’Économie ont leurs propres bureaux au 139 rue de Bercy.

Si ces déménagements de ministères vers des quartiers moins historiques sont rares, en 2007, l’architecte Roland Castro proposait de délocaliser d’importants ministères… Les Affaires étrangères à La Courneuve, la Culture à Vitry-sur-Seine et l’Intérieur à Rosny-sous-Bois. De là à imaginer l’Élysée en banlieue…

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le vendredi 25 sept 2015 à 11:47

    Bravo.....Il faut impérativement accélérer ce mouvement Marre des tous ces politicard qui se prélassent dans les hôtels particuliers du 7 ème et du 16 ème arrondissement Comme en Europe du Nord : des immeubles modernes et fonctionnels qui ramèneront sur terre ces mégalo.....