Ces lunettes qui parlent aux malvoyants

le , mis à jour à 09:20
0
Ces lunettes qui parlent aux malvoyants
Ces lunettes qui parlent aux malvoyants

Entre les voitures, les motos et le marteau-piqueur qui tourne à plein tube, un joyeux brouhaha règne dans la rue Duroc (Paris VIIe) en ce début de matinée. Imperturbable, Pierre, chevelure poivre et sel et lunettes sur le nez, slalome entre les passants d'un pas décidé. A 58 ans, cet ancien chef d'entreprise du bâtiment, vice-président de l'association Valentin Haüy, fait partie des près de 1,7 million de Français souffrant d'un handicap visuel. « J'ai perdu 80 % de la vue en 2003 à la suite de problèmes de santé, explique-t-il. Je n'ai pas de vision centrale et une acuité visuelle de 1/20e à gauche pour 1,5/10e à droite. » Pour identifier les visages ou lire les panneaux dans la rue, il est donc obligé d'utiliser un monoculaire, « une jumelle comme en avaient autrefois les pirates », s'amuse-t-il. Mais aujourd'hui, c'est un tout nouveau dispositif qu'il va expérimenter : les lunettes MyEye que vient de sortir Essilor.

 

« Aujourd'hui, il n'existe aucun moyen de soigner les malvoyants  », rappelle Pascal Voillemin, directeur basse vision du groupe. « On ne peut que leur fournir des aides pour faciliter leur quotidien. Grâce à un système d'intelligence artificielle, MyEye leur permet en l'occurrence de lire n'importe quel texte en caractères d'imprimerie, mais aussi de reconnaître des visages et d'identifier des objets. »

 

Version complète à 3995 euros 

Boîtier de commande à glisser dans une poche

Capacité de la mémoire interne : 100 visages, 150 produits (boîte de médicaments, bouteille de soda, etc...)

Poids : 163 g

Autonomie de la batterie : une journée

Version sans reconnaissance d'objets et d'images

Caméra numérique fixée sur la branche

Poids : 31 g

 

 

Le dispositif est constitué d'une caméra accompagnée d'un écouteur fixé sur la branche droite de la lunette et relié par un fil à un petit boîtier qui se glisse dans la poche. « On pointe avec le doigt ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant