Ces logements étudiants sont classés Monuments historiques

le
0

EN IMAGES - La Cité internationale universitaire de Paris, c’est 40 maisons et 12.000 étudiants, issus de 140 nationalités. Après 4 ans de travaux, la Maison des Pays-Bas a fait peau neuve et retrouve ses locataires.

Ce mardi 17 mai 2016, la Cité internationale universitaire de Paris a inauguré la rénovation de son Collège néerlandais en présence notamment de son Président Marcel Pochard, mais aussi du Ministre de l’Enseignement des Pays-Bas Jet Bussemaker et de Thierry Mandon, secrétaire d’Etat en charge l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Inaugurée pour la première fois en 1938, cette maison classée au titre des Monuments Historiques avait été pensée par Willem Marinus Dudok, architecte éminent de l’école hollandaise de l’entre-deux-guerres. La forme orthogonale de la bâtisse et l’imbrication de ses formes géométriques typiques du courant architectural moderniste des années 1920 en ont sans doute fait l’un des édifices majeurs de la Cité internationale. Le bâtiment qui borde le boulevard Jourdan et la rue Emile Faguet au nord-ouest du parc représente une surface totale hors d’oeuvre nette de 6.731 mètres carrés.

C’est en 2011 que le projet de rénovation de ce Collège néerlandais a débuté avec pour objectif de redonner à l’édifice ses caractéristiques d’origine, alliant modernisme et culture nationale néerlandaise. Outre une restauration historique du lieu, c’est aussi l’occasion d’offrir aux locataires un meilleur niveau de confort pour leur hébergement et les locaux communs.

Quinze années d’études préalables pour restaurer un bâtiment historique

Comme pour tout monument historique, la rénovation de cette Maison des Pays-Bas a été le fruit d’un long travail d’études, de recherches et de diagnostics depuis les années 1990. L’objectif pour les architectes Hervé Baptiste, Radu Medrea et Marc Ferauge, respectivement spécialistes des monuments historiques et du patrimoine, a été de respecter les qualités architecturales de la demeure. Pour ce faire, ils ont travaillé en concertation permanente avec un comité scientifique franco-néerlandais. En effet, l’équipe a du prendre tout le temps nécessaire afin de se doter dune connaissance approndie de la construction et de faire en conséquence, les choix les plus satisfaisants, y compris pour chaque détail de la décoration comme la couleur des peintures.

L’opération a ainsi été conjointement financée par de nombreuses parties, telles que le Royaume des Pays-Bas, les Ministères français de l’Education, de la Culture et de la Communication, mais aussi la Région Ile-de-France, la Fondation nationale de la Cité internationale universitaire et de nombreux mécènes. Son coût total? 21 milllions d’euros toutes dépenses confondues avec d’une part, la réhabilitation des espaces intérieurs et d’autre part, la restauration complète du pavillon (façades, toitures, extérieurs).

Des chambres et des espaces collectifs plus confortables pour les étudiants

Pour le plus grand bonheur des étudiants, les travaux réalisés au sein de cette Maison des Pays-Bas lui ont permis d’accroître sa capacité d’accueil ; de 134, elle est passée à 141 logements dont 7 accessibles aux personnes à mobilité réduite. Après une mise en conformité des locaux et équipements avec les normes de sécurité, le confort des chambres des étudiants a été visiblement amélioré. Des sanitaires privatifs ont été conçus, les revêtements des sols, murs et plafonds ont été ajournés, le mobilier changé et enfin, l’acoustique et l’isolation à l’eau et à l’air ont été révisés. Le tout, dans le respect formel de l’inspiration et des dessins d’origine de l’établissement.

Concernant les espaces communs, des cuisines plus spacieuces et mieux équipées ont été créées afin de favoriser les échanges entre les locataires. Les pièces de vie ont gagné en fonctionnalité (salle de musique, foyer, salle d’étude, laverie, salle tv) et des locaux pour les vélos et containers à ordures ménagères ont été installés à l’intérieur de la dépendance. Les façades ont également fait l’objet d’un ravalement, les menuiseries en PVC et défectueuses ont été remplacées par les menuiseries métalliques. A l’extérieur enfin, les jardinières, cours intérieures et bassins ont été remis en l’état afin d’offrir une plus jolie vue aux locataires.

A noter enfin que le site a été débarassé d’une forte contamination en plomb, notamment due aux peintures utilisées pour les bâtiments construits ou réhabilités avant 1948.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant