CES: la réalité virtuelle cherche encore sa voie vers le marché de masse

le
0
CES: la réalité virtuelle cherche encore sa voie vers le marché de masse
CES: la réalité virtuelle cherche encore sa voie vers le marché de masse

Des casques aux contenus et aux outils les plus divers, les moyens de plonger dans la réalité virtuelle ne manquent pas au salon d'électronique CES de Las Vegas, mais elle montre encore peu de signes qu'elle va s'implanter rapidement dans la culture grand public.Que faire pour mettre la technologie, qui séduit jusqu'ici surtout les amateurs de jeux vidéo, dans les mains de Monsieur tout le monde ?Shawn DuBravac, chef-économiste de l'association technologique américaine CTA qui organise le salon, se dit confiant que l'élargissement des usages possibles créera de la croissance dans le futur. "Il y a beaucoup d'investissements dans les contenus", souligne-t-il. "Les ventes vont finir par venir".HTC, l'un des principaux acteurs aujourd'hui sur le marché avec son casque Vive, a eu une bonne année 2016 mais n'a fait "vraiment qu'égratigner la surface", reconnaît Daniel O'Brien, qui supervise cette branche du groupe taïwanais.Ce dernier a profité du CES pour annoncer des initiatives censées encourager les développeurs à créer davantage d'applications pour la réalité virtuelle, et les consommateurs à l'utiliser.- Réalité virtuelle sur bornes d'arcade -HTC envisage d'avoir d'ici la fin de l'année des milliers de bornes d'arcade dédiées à la réalité virtuelle dans des centres commerciaux, des centres-villes ou d'autres endroits publics, ce qui permettrait à plus de gens de l'essayer.La boutique d'applications en ligne du groupe, Viveport, devrait à la même échéance proposer plus de 3.000 titres, avec l'ambition de pouvoir servir toutes les plateformes de réalité virtuelle, y compris concurrentes.Et HTC a évoqué au CES la possibilité d'y intégrer un service par abonnement, comparé à un "Netflix de la réalité virtuelle" et présenté comme une première mondiale. Là encore, l'idée est d'aider les développeurs de logiciels à toucher un public plus large et gagner de l'argent, ce qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant