Ces films qui racontent autrement la vie en HLM

le
1

VIDÉO - Avec sa sélection de courts-métrages, le festival «HLM sur cour(t)» propose un regard singulier sur la vie dans les logements sociaux. Découvrez ces réalisations sur un habitat qui concerne un Français sur six.

Comme chaque année depuis quatre ans, la Semaine nationale des HLM s’est déroulée du 4 au 12 juin dans toute la France, sur l’initiative de l’Union sociale pour l’habitat. Pour l’occasion, le concours «HLM sur cour(t)» a rassemblé de nombreux jeunes réalisateurs sensibilisés à cette problématique. Le défi lancé aux nombreux candidats? Réaliser un court-métrage qui dessine une autre idée des logements sociaux. Histoires drôles, touchantes, graves et décalées, elles ont toutes été guidées par le thème de l’année: «Être acteur d’une société qui change».

Échange et originalité à l’honneur

Le jury du concours composé de professionnels de l’audiovisuel, du cinéma, de journalistes et de représentants de l’Union sociale pour l’habitat a reçu pour cette édition 2016 plus de 60 scénarios. Présidé cette année par l’actrice Céline Sallette, il a récompensé trois courts-métrages tournés avec l’appui de bailleurs sociaux et qui racontent des parcours de vie en HLM, ici marqués par l’échange, la solidarité et le bien-vivre ensemble.

Le Grand Prix du jury a été attribué au court-métrage «Le Grand Bain» réalisé par Valérie Leroy et tourné dans le 13e arrondissement de Paris. Il raconte le parcours d’une jeune femme qui à un tournant de sa vie, s’improvise professeur de natation pour le gardien et les voisins de son immeuble ... sans piscine!

Deux mentions spéciales du jury

Deux autres courts-métrages ont eu droit à une mention spéciale du jury. D’une part, «La vie d’une autre» réalisé par Arthur Shelton. L’aventure est celle de deux voisines de palier que tout semble opposer et qui pourtant se rencontrent dans la résidence du Clos-joli à Caen, accueillant des personnes en situation de déficience visuelle et de mobilité réduite.

Enfin, le film «Coupé court» de Cédric et Dimitri Nagau, Tomas Pinzon, Ugo Simon et Dimma Vezzani a également été récompensé de la mention spéciale du jury. On y découvre un jeune coiffeur installé à Evry en banlieue parisienne, victime de son succès auprès de ses voisins. Il nous séduit de par son sens de l’hospitalité, son amitié et son professionnalisme.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bali16 le vendredi 17 juin 2016 à 15:23

    Quand j'entends les mots "le bien-vivre ensemble, je pense aux salariés du Bailleur HLM Efidis que l'on a tabassé en région parisien .....