Ces étudiants qui mettent la langue de Molière à portée de tous

le
0
Réfugiés et étudiants à Nanterre le jeudi 28 janvier.
Réfugiés et étudiants à Nanterre le jeudi 28 janvier.

Nous publions le reportage d’une étudiante en journalisme, distingué lors du concours HCR- « Le Monde », dans des cours de français créés par des étudiants parisiens pour des réfugiés.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a organisé la 9e édition de son concours, en partenariat avec Le Monde, qui portait cette année sur le thème « Des nouveaux voisins : regards croisés sur l’accueil des réfugiés ». Il récompense un article écrit par un ou une étudiante en journalisme en fin d’études. Le jury a décerné le prix 2016 à Sophie Heriaud, étudiante à l’IUT de journalisme de Lannion (Côtes-d’Armor). Il a cependant souhaité également distinguer Constance Léon, étudiante au CELSA (Paris), dont voici l’article, consacré à des cours de Français langue étrangères organisés par des étudiants parisiens.

Attablés à un long bureau rectangulaire, six hommes jouent à un drôle de poker. Certains ont les bras croisés, d’autres appuient leurs têtes dans leur main. On entend les mouches voler. Un homme murmure quelques mots dans une langue étrangère, les yeux fixés sur des cartes orange, face cachée. En bout de table, Steffie Pakirdine, professeure stagiaire de Français langue étrangère (FLE) veille, le regard confiant. « Soixante-quinze », fait un homme, sourcils froncés, il cherche la carte formant la paire. En face de lui, un homme au brassard tricolore esquisse un sourire, il met un doigt devant sa bouche. Il en choisit une : raté.

Aide financière des universités Les cours de français ont commencé depuis un mois, dans cette salle 311 de l’université Paris IV, porte de Clignancourt. Un quartier stratégique, celui de la porte de la Chapelle, où « l...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant