Ces étrangers qui achètent des résidences à Paris

le
13
Trois ethnologues se sont penchés sur le profil de ces acquéreurs de résidences secondaires. À côté de l'image du propriétaire richissime, cohabite celle de l'amoureux de la capitale.

La résidence secondaire évoque plus volontiers l'image du bord de mer ou d'une calme campagne. Et si elle se trouvait à Paris? C'est à cette quête, relatée dans l'essai Paris résidence secondaire(*), que se sont livrées trois ethnologues intriguées par ces habitants polyglottes d'un nouveau genre qui achètent un appartement dans la capitale comme d'autres dégottent une longère bretonne ou une fermette normande à retaper.

Ici point de gros travaux ni de jardin à entretenir mais une vue sur la tour Eiffel et un arrêt de métro tout proche. À chacun ses fantasmes. Et en la matière, Paris n'a jamais cessé de faire rêver. D'où l'intérêt pour les ethnologues d'étudier cette figure de l'entre-deux qui n'est ni habitant permanent, ni touriste mais le «résident secondaire urbain». Une manière également de casser certaines images. Car les «vrais» Parisiens, eux, ont tous en tête ces riches étrangers qui achètent à prix d'or un pied-à-terre dans un quartier cossu de la ville et sont plutôt accusés de faire monter les prix pour ne passer au final que quelques jours dans leur appartement.

«Bien sûr, ces gens-là existent mais ce ne sont pas vraiment ceux que nous avons rencontrés, explique Emmanuelle Lallement, l'un des auteurs du livre. Nous sommes parties d'une image stéréotypée de l'étranger de Paris pour finalement la déconstruire. Certes, les personnes que l'on a rencontrées sont issues d'une élite mondialisée, avec une bonne connaissance des capitales, mais Paris les attire plus que d'autres villes. Ils acceptent aussi de vivre dans un deux-pièces avec un canapé-lit pour profiter de ses attraits, uniques à leurs yeux. Ils ont à cet égard une très bonne connaissance du c½ur historique de Paris. Ils en cultivent une image mythique.» Loin de l'idée du riche étranger qui ne consommerait que du luxe dans les boutiques de l'avenue Montaigne, ce résident goûte avant tout au «Paris village». Il adore acheter le pain chez le boulanger, achète le journal qu'il lit au café, fréquente les expositions. Bref, il «joue au Parisien» et voit son quartier comme un village.

«Accusés de faire monter les prix »

«À cet égard, ils ne sont pas loin de l'image que veut promouvoir la ville auprès de ses habitants. Il n'y a pas le ­Paris des étrangers et celui des Parisiens ; ce même amour partagé est peut-être ce qui crée des tensions. Les résidents étrangers sont d'autant plus critiqués qu'il y a une grande tension sur les marchés. Ils sont accusés de faire monter les prix de l'immobilier. Or cela reste marginal du point de vue quanti­tatif.» Car constatent aussi les ethnologues, s'il y a bien une forme de ruée des étrangers sur Paris, elle concerne surtout certains arrondissements du centre comme l'île Saint-Louis et les beaux quartiers comme les Champs-Élysées, sur les biens de très haut standing, inaccessibles au ­Parisien moyen. Là en effet, les étrangers raflent la mise.

(*) Paris résidence secondaire, de ­Sophie Chevalier, Emmanuelle Lallement et ­Sophie Corbille. Belin, 160 p., 19,50 ¤.

L'île Saint-Louis très prisée

L'île Saint-Louis a toujours attiré les «étrangers». Historiquement, beaucoup de ses résidents n'occupaient les appartements de prestige sur les quais que de manière épisodique tandis que le centre était habité à l'année par une population plus modeste de Parisiens. Au fil des années, l'île a perdu cette population, remplacée par des étrangers, friands de son charme insulaire, qui ne sont là que quelques semaines par an, d'où la fermeture de nombreux commerces de proximité et l'hémorragie dans les écoles. Selon les auteurs du livre, l'île est le seul quartier parisien qui perd continuellement des habitants. Il est également emblématique de cette tension née de la cohabitation entre deux mondes car il abrite l'hôtel Lambert, monument historique, dont le rachat par un prince du Qatar n'a cessé de faire des vagues.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le lundi 25 fév 2013 à 16:54

    Puis d'abord, prince parle pas à toi!

  • fmaury13 le lundi 25 fév 2013 à 16:08

    qui a fait rentrer le quatar à des conditions fiscales outrageusement privilegié ? qui a favorisé ce pays pour la coupe du monde 2022 en depit du bon sens ? un indice il est supporter du PSG et etait hier soir dans les tribunes .. c'est ? c'est ;;; Sarko bravo ::

  • s.mario3 le lundi 25 fév 2013 à 13:42

    On peut être amoureux de la capitale et richissime. Je dirais même qu'il faut les 2 ...

  • c.chamb le lundi 25 fév 2013 à 13:39

    pour retrouver des emplois, il suffit de brader les biens d'actif de la France. A la suite, nous n'aurons plus rien, mais le plein emploi assuré, comme laquais, gardiens, concierges, chauffeurs, jardiniers, traducteurs, footballeurs, etc.... des Quatari, Russes, Chinois, US,.....; les politiciens ont intérêt à se recycler vite en "Syndicalistes"; Aucun aucune crainte pour leur avenir, ils continueront à prélever la dîme.

  • c.chamb le lundi 25 fév 2013 à 13:25

    le m2 à Paris n'est pas plus cher que dans les autres capitales ou mégalopoles. La difficulté nait du fait que 98% des français n'ont plus la possibilité d'épargner (fiscalité), donc d'acquérir (ici ou ailleurs). Nous sommes et seront de plus en plus pauvres.... car saignés, sans petite coagulation pour couvrir les seuls frais "de fonctionnement", d'un régime politique et social obsolète depuis 25 ans, intenable face au mondialisme (sauf à suivre les prescriptions de l'urgentiste Marine Le Pen)

  • csanter le lundi 25 fév 2013 à 13:07

    ils sont bien nos gouvernants ils appauvrissent les français pour enrichir les étrangers.Vive l'ISF, vive les taxes On en veut encore !!!!!

  • M2140153 le lundi 25 fév 2013 à 12:35

    Vous trouvez ça enrichissant, un appart à Paris… même avec vue sur Seine !? ………………… Et si vous pensez juste à l'aspect financier, je vous confirme que les performances passées ne présagent pas de celles à venir. ……… Et à mon avis, la plus grosse gamelle sera pour les hôtels particuliers (ceux acquis à > 20 k€/m² ces dernières années !!!)

  • sbedier le lundi 25 fév 2013 à 11:39

    Pour revenir à un prix raisonnable dans la capitale il suffirait d interdir l achat aux étrangers ... Mais la il faut pas rêver ... Trop de parisiens propriétaires se révolteront ... Leurs patrimoines ..... Mais seule solution pour revenir à des prix raisonnables pour les parisiens qui bossent ... Et non enrichir des émirs ....

  • porchert le lundi 25 fév 2013 à 11:32

    Au Qatar, il me semble que les étrangers sont interdits d'achat de foncier. Je me trompe ?

  • Karama7 le lundi 25 fév 2013 à 11:27

    Ca doit titiller le FN ce genre d'article ... Leurs autoroutes Française , leur Club de Foot Français et maintenant leur Capital ...