Ces dizaines de bâtiments de l'État qui vont devenir des logements

le
1

Sur l’ensemble de nos départements, une vingtaine de bâtiments publics appartenant à l’État ont été vendus durant ces deux dernières années. Ils accueilleront notamment 2403 logements sociaux.

Transformer des immeubles de bureaux en logements est devenu commun. Il y a quelques mois, Le Figaro Immobilier vous racontait les projets de la mairie de Paris pour les locaux historiques - qui seront bientôt vacants pour cause de déménagement - du ministère de la Défense, situés à deux pas de l’Assemblée nationale, sur le boulevard Saint-Germain, dans le VIIe arrondissement de Paris. «Nous avons demandé à cet emplacement le droit de construire 50% de logements sociaux», expliquait Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du logement.

Si ce type de projet fait parler le tout-Paris, il n’est pourtant pas limité à la capitale! En France, depuis deux ans, c’est une vingtaine de bâtiments appartenant à l’État qui ont été vendus dans le but d’en faire des logements, sociaux ou non. Les biens en question sont variés: hôtels de police, casernes militaires, chambre régionale des comptes... énonce le site Capital.fr qui s’est procuré la liste des 22 biens en question. Si ce processus de vente - encouragé par le gouvernement - commence à faire parler de lui, il n’est toutefois pas encore devenu un réflexe.

En tout on compte 3490 logements

Une fois la transformation effectuée, ces bâtiments situés dans 17 départements français et un en Guyane accueilleront un peu moins de 3500 logements, dont 2403 - plus de la moitié - logements sociaux. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs déjà en construction voire en cours de commercialisation. C’est une initiative qui faisait partie intégrante de la loi Duflot - portée par l’ancienne ministre du Logement - qui a pour vocation d’encourager les ministères et les organismes publics (incluant RFF, SNCF, hôpitaux...) à se se séparer de leurs bâtiments... à prix décotés.

Parmi les exemples de projets de transformation, on peut citer par exemple ce bâtiment appartenant au ministère de l’Écologie, vendu à 975.000 euros après une décote de 50%. Il accueillera 55 logements, dont la totalité seront des logements sociaux. Autre exemple à Nantes: la caserne Mellinet, qui appartenait au ministère de la Défense, a été vendue 6,3 millions d’euros avec une décote de 67%. Elle accueillera pas moins de 1700 logements, dont 1200 logements sociaux. Dernier exemple parisien, au 4 rue de Lille (VIIe, non loin du ministère de la Défense dont nous parlions plus haut) où le ministère de l’Enseignement supérieur a cédé un bâtiment avec une décote de 77%. 18 logements sociaux y seront construits.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le mercredi 12 aout 2015 à 18:24

    "Sur l’ensemble de nos départements... Ils accueilleront notamment 2403 logements sociaux." C'est sur qu'avec un plan aussi ambitieux, on va rapidement pouvoir faire face aux demandes en attente! 2403 logments alors que de l'avis de tout les spécialistes il en faudrait plus de 100000/an pendant les 10 prochaines années, c'est sur que la situation des sans abris va s'améliorer!