Ces Danois qui rêvent de vendre leur résidence secondaire aux étrangers

le
5

Au Danemark, le marché de la résidence secondaire est en berne et bon nombre de propriétaires aimeraient céder leur bien à des clients étrangers, surtout allemands. Mais la loi l’interdit pour l’instant.

La petite cabane au Danemark ne fait-elle plus rêver? Une chose est sûre: dans ce petit pays du nord de l’Europe, il n’est plus rare de devoir attendre 2 ans ou même plus avant de pouvoir vendre sa résidence secondaire. Il est vrai que les acheteurs ne se bousculent pas au portillon malgré la baisse des prix qui s’approchent de leur niveau plancher. Et pourtant, la côte danoise, ses îles et ses chalets attirent de plus en plus de touristes, notamment les voisins allemands qui comme d’autres Européens délaissent les destinations touristiques éloignées. Bon nombre de ces visiteurs pourraient même envisager de s’offrir un toit danois, mais ils n’y sont pas autorisés par la loi.

Le Danemark s’est d’ailleurs bien assuré de pouvoir conserver cette spécificité lors de son adhésion à la Communauté européenne, ancêtre de l’Union, en 1973. Mais aujourd’hui, bon nombre de propriétaires ainsi que le parti danois de l’Alliance libérale militent pour que les choses changent. «Nous, Danois, avons la liberté d’acheter une résidence de vacances dans le sud de la France ou en Espagne, confie au magazine allemand Focus, Christina Egelund, une porte-parole du parti. Que les étrangers ne puissent quasiment pas s’offrir un chalet chez nous en contrepartie est très étrange, c’est un vrai système de deux poids, deux mesures.»

Craintes de création d’une mini Allemagne

Dans les faits, un étranger peut acheter un bien immobilier danois s’il a obtenu une autorisation. Mais c’est un véritable parcours du combattant: en 2013, le ministère de la Justice aurait ainsi accordé 40 documents de ce type pour des acheteurs allemands. Il n’en reste pas moins que le parlement danois n’est pas encore prêt à faire évoluer la législation. Juste avant l’été, une proposition allant dans ce sens a été balayée par 92 voix opposées au principe et seulement 15 voix favorables.

Les craintes d’une majorité des Danois? Que l’ouverture du marché aux étrangers ne génère des maisons qui restent vides la plupart du temps et que cette nouvelle clientèle ne tire trop les prix vers le haut jusqu’à les rendre inaccessibles aux autochtones. Par ailleurs, les Danois avouent à demi-mot leurs craintes de voir apparaître chez eux de véritables colonies allemandes. Une «invasion» qui pourrait, selon certains, évoquer de mauvais souvenirs de l’occupation germanique durant la Seconde guerre mondiale.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bsr16 il y a 4 mois

    une preuve de plus que nos politiques ont bradé la France lors de la création de l'Europe.

  • ttini il y a 4 mois

    rien ne vaut une villa à SAINT JEAN CAP FERRAT

  • alphalog il y a 4 mois

    d.e.s.t.: l'"avantage" avec les beaufs, c'est qu'ils comprennent rien, quel que soit le sujet traité

  • laurus il y a 4 mois

    Ils ont raison. Ca se passe toujours comme ça. Des acquéreurs aux moyens démesurés par rapport aux locaux font monter les prix et rendent les conditions de vie des locaux plus difficiles parce que les revenus eux, ne suivent pas. Voyez le Sud de la France où le chômage bat des records et où de plus en plus de villages sont rachetés par des hollandais, des anglais, des belges et des parigots... Les locaux, même quand ils ont un boulot, ne peuvent plus envisager d'acheter leur logement.

  • d.e.s.t. il y a 4 mois

    Ils n'ont rien à craindre: les migrants n'ont pas les moyens d'acheter au Danemark!