Ces cybercrimes qui nous menacent

le
0
Ces cybercrimes qui nous menacent
Ces cybercrimes qui nous menacent

On appelle cela l'Internet des objets, une tendance majeure de l'évolution des technologies et un marché à la croissance exponentielle. Dans un futur proche, voitures, télévisions, réfrigérateurs, mais aussi compteurs électriques, alarmes et pacemakers connectés envahiront notre quotidien pour nous rendre la vie plus facile et plus confortable. Selon l'institut d'analyse américain GfK, les Français achèteront deux milliards d'objets connectés d'ici à 2020. Soit une trentaine par personne...

Un cyberunivers qui fait craindre une vague de cybercrimes... Dans son rapport annuel publié à l'automne dernier, Europol tirait ainsi la sonnette d'alarme. Avec l'émergence des objets connectés, l'office de police européen disait s'attendre à de nouvelles formes de « chantages, de méthodes d'extorsions », « de vols de données, de dommages corporels voire de morts ».

Dans un livre de 440 pages au titre transparent, « Future Crimes », qui vient de paraître outre-Atlantique, un expert américain en sécurité détaille les menaces qui planent sur un monde entièrement connecté. « Bien que ses nombreux bénéfices semblent indéniables, l'Internet des objets pose aussi d'énormes risques. Car de même que l'électricité peut provoquer des chocs et tuer, des milliards d'objets connectés en réseau le peuvent aussi, insiste Marc Goodman, qui a notamment travaillé pour Interpol, l'ONU et le gouvernement américain. Ceux qui savent comment ces technologies fonctionnent seront de mieux en mieux placés pour les exploiter à leur avantage, au détriment des gens ordinaires. »

Alors que l'on s'inquiète actuellement de voir son adresse e-mail ou son ordinateur piraté, les cyberattaques devraient progressivement investir le monde physique. En théorie, rien n'arrêtera les criminels, sauf leur imagination. Prendre le contrôle d'un véhicule ou d'un appareil médical à distance ? Faire dérailler un train ? Infiltrer des installations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant