Ces «contrats de réformes» qui embarrassent l'Élysée

le
0
Van Rompuy voudrait que les dirigeants des Vingt-Sept s'accordent sur une feuille de route pour le renforcement de l'Union économique et monétaire.

Comment inciter les États membres à faire des réformes impopulaires mais indispensables à leur compétitivité? C'est à cette question très conflictuelle que répond le rapport Van Rompuy, qui sera discuté au sommet par les chefs d'Etats et de gouvernements de l'UE.

Commandé lors du dernier sommet européen, le document de 18 pages défend l'idée d'«arrangements contractuels» entre États membres et les institutions de l'UE sur «les réformes destinées à promouvoir la compétitivité, la croissance et l'emploi». L'idée de Bruxelles, soufflée par Berlin, est simple: il s'agit de renforcer la surveillance des politique menées dans les États membres afin de rétablir leur compétitivité. Ces contrats seraient «obligatoires pour les États membres de la zone euro» indique le document bruxellois. Ils porteraient «sur un progr...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant