Ces constructions qui ne craignent pas la canicule

le
6

EN IMAGES - Alors que les fortes chaleurs écrasent le pays, zoom sur les différentes manières de rafraîchir son logement sans passer par un climatiseur. Tour d’horizon de techniques parfois ancestrales et souvent novatrices.

Climatiser sa maison sans climatiseur pendant les fortes chaleurs, c’est possible! Toits végétalisés, jardins, capteurs de vent, puits provençaux etc. sont des techniques utilisées pour ventiler naturellement les bâtiments dans lesquels l’on peut vivre.

Parmi les nombreuses alternatives à la climatisation électrique traditionnelle, la végétalisation des toits et surfaces extérieures des immeubles et maisons est un phénomène qui se démocratise de plus en plus dans les grandes villes. Réelle mesure écologique, elle permet d’atténuer les îlots de chaleur urbaine et d’amortir la pénétration des rayons du soleil dans une habitation. De plus, les végétaux les plus souvent choisis sont gras, c’est-à-dire très résistants aux fortes chaleurs et nécessitant peu d’entretien de la part de la main de l’homme. Toujours du côté de Dame Nature, planter des arbres à l’est et à l’ouest d’une maison est une action qui permettra de rafraîchir son habitat. Les plantes grimpantes, comme la vigne vierge et le lierre, auront pour bénéfice de faire baisser la température de plusieurs degrés et cela à moindre coût.

Le puits provençal, une technique ancestrale

Parmi les solutions ancestrales, il existe le recours au puits provençal, appelé également puits canadien. Cette technique alimente une habitation en air frais par le biais d’un conduit enterré dans le sol. L’air aspiré est naturellement rafraîchi de plusieurs degrés dans le conduit et redistribué à l’intérieur de la maison grâce à un ventilateur. Le seul bémol: si le puits provençal est facilement intégrable dans les constructions neuves, il est plus délicat à mettre en œuvre dans le bâti ancien. Néanmoins, le puits provençal est efficace aussi bien l’été que l’hiver (l’air est réchauffé en cas de températures froides).

Toujours parmi les solutions à l’ancienne, le bâdguir (capteur de vent) est très utilisé dans les zones désertiques de l’Iran. Véritable élément architectural traditionnel, cette tourelle extérieure capte le moindre souffle de vent afin d’aérer naturellement les bâtiments. Notons également une autre technique ancienne: le courant d’air. Cette dernière fonctionne grâce à des vantelles, disposées sur les façades d’un bâtiment et qui de fait aère l’intérieur de l’infrastructure.

Les rafraîchissantes maisons créoles

À plus de 9000 kilomètres de Paris, sur l’île de la Réunion, les maisons créoles, reconnaissables par leur style architectural propre, sont conçues pour s’adapter au climat tropical de l’Océan indien. Édifiées sur des soubassements, ces habitations peuvent alors profiter d’une climatisation naturelle. Si elles sont aménagées en fonction de la direction de l’alizé, vent qui apporte de la fraîcheur, les cases créoles profitent également de grandes galeries couvertes, les varangues, qui permettent à l’air de facilement circuler dans les pièces et différents étages des bâtisses en cas de fortes chaleurs.

Si parmi tous ces exemples, aucun ne vous convient, il ne reste plus qu’à se tourner vers le ventilateur électrique. Pourvu qu’il ne soit pas déjà en rupture de stock avec la canicule qui devrait encore perturber l’Hexagone pour quelques jours au moins.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le jeudi 2 juil 2015 à 20:04

    Vieux corps de ferme en pierre ,80 cm d'épaisseur ; 22 au maxi 14 au mini ; rien de mieux que l'ancien .

  • M1765517 le jeudi 2 juil 2015 à 14:46

    je suis en Dauphiné dans une maison en pisé,que dire si ce n'est quasi isotherme toute l'année ! Les dix jours en moyenne insupportables par an sont compensés par une 10x5 à 30 metres linéaires !

  • mcarre1 le jeudi 2 juil 2015 à 14:07

    Les murs épais emmagasinent la chaleur sur leurs faces exposées mais la restituent la nuit sur ces mêmes faces. Certes, une moyenne jour/nuit finit par atteindre l'intérieur mais il suffit de bien aérer la nuit. Courants d'air la nuit mais surtout pas le jour quand il fait 38°C dehors. Après, évidemment, si il fait 40° le jour et 26° la nuit pendant une semaine, même la maison la mieux isolée finit par chauffer. Alors le puits provençal est bien mais nécessite de gros travaux de terrassement.

  • pelochon le jeudi 2 juil 2015 à 13:28

    ok spartaku, mais moi ce n'est pas une maison, c'est un appart, donc le toit c'est pour le 5ème et dernier étage, le mien est au 3ème ;-) L'immeuble a été bien conçu, avec des puits de lumières qui servent aussi de puits à ventilation naturelle... De nos jours, ils n'y pensent même plus, ils croient à l'application iPhone qui va refroidir l'appart, enfin je me comrpends.

  • Spartaku le jeudi 2 juil 2015 à 13:23

    pelochon , tu as raison sur le cours terme mais pas sur le long. J'habite dans le midi, il fait 60°sur le toit et les murs, quand la chaleur chauffe la pierre au bout d'une semaine la pierre est à 40° et maintient la température la nuit rendant impossible un rafraîchissement naturel la nuit j'en parle en connaissance. J'ai une maison MOB hyper isolée, avec ventilation double flux et possibilité de faire courant d'air, je peux t'assurer qu'avec 60° sur les tuiles et les murs il fait 25°dedans !

  • pelochon le jeudi 2 juil 2015 à 12:50

    Ah ah j'ai bien ri !! Pas besoin de tous ces artifices. J'habite un immeuble en briques et pierres, aux murs épais, construit en 1928. Il y fait 22°C pendant qu'il fait 39°C dehors depuis 3 jours. Je dors comme un bébé. Et en hiver, sans chauffage, la température ne descend pas en dessous des 14°C. Comme quoi les BBC, les bidules qu'on vous vend c'est de la réclame comme disait ma grand mère. De la dau.be