Ces candidats aux cantonales qui masquent leur étiquette politique

le
0
En pleine campagne des cantonales, de plus en plus de candidats cachent leur appartenance politique au profit d'un étiquetage local, jugé moins périlleux électoralement.

«Savoie pour tous», «Union pour la Loire», «13 en action» ou encore «Un département fort pour tous»... Autant de listes de candidats aux élections cantonales, de gauche comme de droite, qui masquent délibérément leur appartenance à leur parti. En visite dans la Sarthe, lundi, François Hollande, président sortant du conseil général de Corrèze, a ironisé sur ces «candidats sans étiquette», les comparant à des bagages perdus «sans adresse».

Dans ce département, fief du premier ministre François Fillon, seuls huit candidats mentionnent l'étiquette UMP pour 19 cantons en jeu dans les listes publiées par la presse locale. Les onze autres se disent simplement membres de la «majorité départementale». Et le site internet des candidats de droite, baptisé Ensemble pour la Sarthe, ne mentionne nulle part l'appartenance politique de ses candidats, fussent-ils maires ou conseillers généraux départementaux.

Autre exemple : en Aveyron, sur 22 cantons renouvel...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant