Ces automobilistes injustements punis

le
0
L'administration met souvent des années pour régulariser la situation de ces conducteurs.

Des automobilistes mis en cause pour des fautes qu'ils n'ont pas commises: le nombre de ces usagers de la route qui se débattent avec l'administration et les juges ne faiblit pas. L'Andevi, l'Association nationale de défense des victimes d'injustice, qui suit depuis plusieurs années tous ces dossiers complexes, tire la sonnette d'alarme. «La personne ne peut se défendre et doit faire face à des situations totalement kafkaïennes», dénonce son président, Daniel Merlet. Entre des juges débordés, les 15 millions d'infractions routières annuelles, un système de plus en plus informatisé et des petits malins qui, de surcroît, exploitent les failles, «la vaste machine à condamner» a parfois du mal à y voir clair. Une fois lancée, elle ne s'arrête plus et tout concourt à fabriquer des affaires inextricables.

Machine administrative

C'est le cas pour la famille Leroux, à Nantes, qui a fait acquisition d'un véhicule en juin 2011 et qui s'est vue reprocher un stationnement

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant