Ces abbés qui ont sauté pour recueillir de l'argent

le , mis à jour à 10:51
0
Ces abbés qui ont sauté pour recueillir de l'argent
Ces abbés qui ont sauté pour recueillir de l'argent

Pour recueillir de l’argent, ces curés aussi n’ont pas eu froid aux yeux. Mais tous n’étaient pas bénis des dieux...

 

Un saut en parachute en col romain. Il avait promis de sauter en parachute s’il parvenait, grâce au financement participatif, à réunir au moins 25 000 € afin de restaurer son abbaye. Le père Guillaume Soury-Lavergne, 36 ans, abbé de Marcilhac-sur-Célé, petit village du Lot, ne s’est pas dégonflé une fois la somme dépassée : en juillet dernier, il a plongé à 4 000 m du plancher des vaches et de ses ouailles admiratives. Coaché dans les airs par deux anges gardiens du club de parachutisme du coin, celui qui avait déjà goûté à ces montées d’adrénaline, au service militaire, a parfaitement maîtrisé sa chute libre. De retour sur Terre, il a confessé avoir prié à bord de l’avion.

 

Des plongeons sous le signe de la Providence. Il avait été surnommé l’Abbé volant. Le père Simon, qui officiait en Franche-Comté et qui a rejoint le paradis en 2000 à l’âge de 87 ans, a plongé plus de 100 fois pour la bonne cause, notamment dans le Doubs. Avec la bénédiction de son évêque, il est allé jusqu’à se laisser tomber à 42 m des flots. Son ultime exploit destiné à récolter des deniers pour les plus démunis, l’ecclésiastique l’a réalisé à 75 ans, à 15 m de l’eau. Il a toujours échappé aux graves blessures. « N’est-ce pas une preuve que Dieu me soutenait ? » lâchait-il à l’heure de la retraite.

 

Un remake de « Là-haut » qui finit en drame. En 2008, le prêtre brésilien Adelir Antonio de Carli s’envole à bord d’une chaise flottante retenue par 1 000 ballons gonflés à l’hélium, un peu comme dans le célèbre dessin animé « Là-haut ». Mais il aura beaucoup moins de chance que le papy héros des studios Disney et Pixar. Au-dessus de l’océan, il passe un coup de fil avec son téléphone satellitaire pour demander à une bonne âme de lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant