Certains fonds monétaires tracassent l'AFG

le
0
(NEWSManagers.com) - Dans une note de l' AFG datée du 23 février dernier que Newsmanagers a pu se procurer, l'association a mis en garde ses adhérents contre la baisse structurelle de la valeur liquidative de leurs fonds monétaire. Une baisse qu'il convient de distinguer d'un recul ponctuel de la valeur liquidative sur un ou deux jours par exemple ? évènement qui n'est pas rare - ou d'une baisse liée à la gestion du fonds du fait d'un défaut d'un émetteur ou d'une contrepartie.


L' AFG vise plus particulièrement les sociétés de gestion les plus gourmandes en matière de frais de gestion, à même de faire passer la valeur liquidative du fonds sous la ligne de flottaison. A l'image des grandes sociétés de gestion, filiales des grandes banques à réseau, dont les frais sur les fonds monétaires " grand public" sont sensiblement plus élevés que ceux appliqués aux fonds dédiés aux investisseurs institutionnels.


Si l' AFG admet que cette situation de marché ne concerne " qu'un périmètre limité d'OPCVM monétaires" , elle n'en préconise pas moins que les sociétés de gestion concernées s'en préoccupent et reconsidèrent le niveau des frais de gestion - " en liaison le cas échéant avec le distributeur" - de façon à éviter les dits risques de baisse structurelle. Dans son courrier, l' AFG rappelle même, à ce titre, que la décision de réduire ces frais n'impose pas d'informations particulières des investisseurs et ne les autorise pas non plus à sortir sans frais du fonds?


Toujours dans sa lettre, l'association professionnelle saisit l'occasion de la nouvelle donne sur les marchés pour inviter les sociétés de gestion à vérifier les informations contenues dans les prospectus des OPCVM concernés. Et incite également les établissements à réparer un éventuel " oubli" : l'absence de mention du risque de baisse structurelle de la valeur liquidative. L' AFG enfonce le clou en invitant les sociétés de gestion, si la baisse des frais de gestion était insuffisante, à compléter la partie consacrée à l'objectif de gestion du fonds par une phrase précisant " qu'en cas de très faible niveau des taux d'intérêt du marché monétaire, le rendement dégagé par l'OPCVM ne suffirait pas à couvrir les frais de gestion et l'OPVCVM verrait sa valeur liquidative baisser de manière structurelle." Ensuite, " il conviendra de suivre les règles habituelles de l'Autorité des marchés financiers relatives à l'information des porteurs" , conclut l' AFG.


La note ayant été diffusée il y a moins de deux semaines, les préconisations n'ont pas encore été suivies d'effet. Le type de modifications des prospectus qu'elle propose exige, il est vrai, le concours des services juridiques des sociétés de gestion ? lesquels pourront également regrouper un ensemble de changements au sein du ou des prospectus et pourront demander de fait un délai supplémentaire. Dans ce contexte, les modifications conseillées pourraient apparaitre dans quelques mois seulement. D'ici là, les taux du marché monétaire auront pu évoluer à la hausse. Reste que l' AFG préfère inciter les sociétés de gestion à se montrer vigilante. Afin d'éviter des contentieux avec des investisseurs dont certains accepteraient difficilement de réaliser une perte en capital sur un placement monétaire après quelques semaines d'investissement...

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant