Certaines des armes des attentats de Paris produites en Serbie

le
0
    par Aleksandar Vasovic 
    BELGRADE, 29 novembre (Reuters) - Une partie des fusils 
d'assaut utilisés par les auteurs des attentats du 13 novembre à 
Paris et saisis par la suite par la police ont été produites en 
Serbie par la fabrique d'armes de l'ex-Yougoslavie, a déclaré 
samedi le directeur de cette société. 
    Les armes faisaient partie d'un lot de fusils d'assaut M70, 
une copie yougoslave améliorée de l'AK47 soviétique 
(Kalachnikov), produits en 1987 et 1988, précise Milojko 
Brzakovic, qui dirige la fabrique d'armes, la Zavasta Arms 
(Zastava Oruje), situé à Kragujevac, une ville du centre de la 
Serbie. 
    "Nous avons vérifié sept, peut-être huit numéros de série 
reçus de la police dans notre base de données et découvert que 
les armes de ce lot particulier avaient été envoyées à des 
dépôts militaires en Slovénie, en Bosnie et en Macédoine", a 
déclaré Milojko Brzakovic à Reuters. 
    La société Zastava Arms, qui s'appelait à l'époque Zavodi 
Crvena Zastava, était l'unique arsenal d'Etat pour les armes de 
petite taille de la police et de l'armée de la Yougoslavie de 
l'époque. Aujourd'hui, elle produit toujours des armes pour le 
gouvernement serbe, pour la chasse et le domaine sportif. 
    Dans les années 70 et 90, la société était également un gros 
exportateur d'armes aux pays alliés de la Yougoslavie en 
Afrique, en Asie et au Proche-Orient. Elle exporte toujours, 
notamment aux Etats-Unis. 
    "Il ne fait pas de doute qu'elles ont été produites par nous 
-- nous étions alors le seul producteur -- et nous avons les 
numéros de série de tout ce que nous avons produit; mais, dans 
les années 90, n'importe qui pouvait s'en emparer dans les 
dépôts de l'armée", a déclaré Milojko Brzakovic. 
    Des centaines de milliers d'armes illégales restées entre 
des mains privées ou d'organisations criminelles après les 
guerres des années 90 inondent une bonne partie de l'ouest des 
Balkans et le trafic d'armes est toujours là. 
    "Les ventes sont désormais strictement contrôlées par le 
gouvernement et chaque pièce destinée à l'export doit recevoir 
une approbation des autorités (...)", déclare le directeur. 
    La police a également posé des questions sur un pistolet 
semi-automatique CZ-99 9mm, également produit par Zastava Oruje 
depuis les années 80.  
    "Nous avons établi qu'il est allé à une société enregistrée 
pour la vente d'armes au détail en Serbie", a précisé le Milojko 
Brzakovic. "La police va maintenant trouver le premier acquéreur 
et suivre la piste de l'arme." 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant