Cérémonie du 19 mars : Hollande veut «honorer toutes les souffrances»

le
3
Cérémonie du 19 mars : Hollande veut «honorer toutes les souffrances»
Cérémonie du 19 mars : Hollande veut «honorer toutes les souffrances»

Face à la vive polémique, François Hollande s'est justifié ce samedi de commémorer le cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie pour rendre hommage aux victimes de ce conflit.

«Le 19 mars 1962 ce n'était pas encore la paix, c'était le début de la sortie de la guerre, dont l'histoire nous apprend qu'elle est bien souvent la source de violence, ce qui fut tragiquement le cas en Algérie avec des représailles, des vengeances, des attentats, des massacres», a déclaré le président de la République, lors d'un discours prononcé devant le mémorial érigé quai Branly (Paris VIIe) pour les victimes de la guerre d'Algérie mais aussi celles des combats en Tunisie et au Maroc.

«Le 19 mars, ce sont les mémoires de toutes les victimes qui sont reconnues», a martelé François Hollande, ajoutant que «le sens de la journée nationale du 19 mars, c'est d'honorer toutes les souffrances». A son initiative de François Hollande, une loi avait été votée au Parlement le 6 décembre 2012 pour faire de ce jour celui «du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie» mais aussi «des combats en Tunisie et au Maroc».

Les harkis y voient une «insulte»

Pour François Hollande, même «s'il y a une plaie qui ne s'est jamais vraiment refermée», il s'agit aujourd'hui de «convoquer l'histoire, non pas pour nous diviser mais pour nous réunir». «Alimenter la guerre des mémoires, c'est rester prisonnier du passé, faire la paix des mémoires c'est regarder vers l'avenir. C'est ce message d'unité et de paix, de rassemblement aussi que j'entendais aujourd'hui en ce 19 mars délivrer devant vous», a lancé le chef de l'Etat en réponse aux critiques venues également de la droite et du Front national contre son initiative. Choisir le 19 mars, «c'est considérer qu'il y a désormais un bon et un mauvais côté de l'Histoire et que la France était du mauvais côté», a ainsi dénoncé vendredi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz il y a 9 mois

    Je réclame les mêmes repentances de l'autre côté de la grande bleue...

  • janaliz il y a 9 mois

    Il parait que ça nous sert de président...

  • bordo il y a 9 mois

    Menteur ! Il veut récupérer les voix qu'il suppose favorable. Il se moque des souffrances.