Céréales : risque accru d'insécurité alimentaire au Sahel

le
0
(Commodesk) Le risque d'insécurité alimentaire dans le Sahel est accru par des prévisions de production céréalière en baisse et par des prix élevés, alerte le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS). La production de céréales 2011-2012 au Sahel et en Afrique de l'Ouest est prévue à 55,45 millions de tonnes, selon un communiqué co-signé par d'autres organisations, dont l'Organisation de Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). C'est 4% de plus que la moyenne des cinq dernières années, mais 8% de moins que l'année dernière. Pour les pays membres du CILSS (Burkina Faso, Cap Vert, Gambie, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad), la chute de la production atteint même 25% par rapport à la précédente saison. Les cultures sont touchées dans plusieurs régions par un manque d'eau et par des parasites. Le déficit fourrager et la faible disponibilité en eau d'abreuvement ont engendré une transhumance précoce, susceptible de créer des conflits dans les zones d'accueil (Delta du Niger, Gourma, lac Tchad?), ajoute le communiqué. Parallèlement, une étude parue mardi, réalisée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) en collaboration avec d'autres organismes, souligne l'impact déjà réel des évolutions climatiques sur la sécurité alimentaire dans le Sahel et en Afrique de l'Ouest. Le PNUE appelle à des investissements majeurs pour réduire le risque de conflits et les migrations forcées.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant