Cercle Cadet : les drôles d'affaires de Serge Kasparian

le
0
Le cercle Cadet à Paris est la cible des juges Hervé Robert et Serge Tournaire.
Le cercle Cadet à Paris est la cible des juges Hervé Robert et Serge Tournaire.

Le ménage continue dans le cercle Cadet... Sept personnes ont été déférées jeudi matin au tribunal de grande instance de Paris dans le dossier du cercle de jeux Cadet. Ils sont suspectés de faits de blanchiment d'argent et de travail dissimulé en bande organisée.Parmi elles : le propriétaire des lieux Serge Kasparian, figure de la communauté arménienne, mais aussi ses deux fils, et surtout un certain Vincent L., ex-commissaire divisionnaire à la retraite. L'ancien flic est suspecté d'avoir dissimulé de l'argent pour le compte de l'homme d'affaires, avec lequel il entretenait des relations d'amitié depuis de longues années. Selon une source judiciaire, Serge Kasparian aurait avoué aux enquêteurs lors de sa garde à vue avoir remis 18 000 euros en liquide à l'ex-commissaire divisionnaire. Montages financiersLe train de vie de Serge Kasparian, personnage fantasque et haut en couleur, intrigue les enquêteurs. Très généreux, le propriétaire de Cadet n'hésitait pas à prêter beaucoup d'argent et à investir le reste dans des affaires, le plus souvent pas très rentables, via des montages financiers douteux au Maroc. Par ailleurs, toujours selon nos informations, plusieurs salariés auraient reconnu auprès du Service central des courses et jeux de la police judiciaire des détournements d'argent au cercle Cadet. L'enquête est instruite par les juges Hervé Robert et Serge Tournaire, qui n'en sont pas à leur coup d'essai en matière de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant