Centre pour SDF du bois de Boulogne: le chantier est presque fini

le
5

EN IMAGES - Démarrée en juillet, la construction d’un centre d’hébergement pour SDF installé dans le 16e arrondissement de paris doit s’achever mi-octobre. Ces modules préfabriqués pourront accueillir 200 personnes.

Pour éviter que les esprits n’aient trop le temps de s’échauffer, rien de tel qu’un chantier rapide et discret. Alors que l’installation d’un centre d’hébergement de SDF dans le 16e arrondissement parisien avait suscité une vive polémique ce printemps, l’installation des lieux se passe sans encombres. Les installations seront livrées fin octobre, comme prévu, pour recevoir leurs premiers occupants début novembre, ont indiqué mercredi les responsables du projet.

«Nous avons tenu. Malgré les obstacles des polémiques, nous avons avancé», s’est félicité Ian Brossat, adjoint PCF chargé du Logement et de l’Hébergement d’urgence de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, à l’occasion d’une visite de presse du chantier. Les travaux ont démarré début juillet et les modules en bois préfabriqués sont depuis assemblés les uns après les autres. Ils formeront à terme cinq bâtiments pouvant accueillir 200 personnes: 100 en famille et 100 personnes isolées orientées via le 115, le numéro d’urgence social.

196 mètres de long sur 8 de large

La décision de création de ce centre, pour «mieux équilibrer» l’offre et notamment à l’ouest de la capitale, avait provoqué une levée de boucliers dans le très chic arrondissement, son député-maire LR Claude Goasguen en tête. Un recours de la Coordination pour la sauvegarde du Bois de Boulogne et ses abords, qui défend ce site classé, doit encore être examiné sur le fond par le tribunal administratif de Paris.

Le centre de 196 mètres de long et 8 mètres de large est installé Allée des Fortifications, entre un rideau d’arbres et, à une centaine de mètres, les beaux immeubles en pierre de taille du quartier. «On ne creuse rien, le bâtiment est posé sur la chaussée», a indiqué l’architecte Guillaume Hannoun. Les modules, sur trois niveaux maximum, sont en bois. Les tranches des modules sont recouvertes de plaques métalliques de couleurs vives.

À l’intérieur, les personnes isolées bénéficieront d’une chambre de 9 m² avec des sanitaires communs par palier. Les familles auront à leur disposition un logement de 18 m² avec deux espaces séparés par une salle de bains personnelle. Des salles communes et des bureaux sont également prévus pour la structure qui emploiera 26 personnes, dont cinq travailleurs sociaux. L’autorisation d’installation des modules n’est valable que trois ans. Pour la suite «on est en train de réfléchir à un autre emplacement, ici dans le XVIe ou ailleurs», selon M. Brossat.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 10 mois

    26 employés pour à peine 200 occupants? Pour quoi faire une telle quantité de personnel?

  • lchrist2 il y a 10 mois

    Curieusement il n'est pas construit en Corse ...

  • sibile il y a 10 mois

    Super ! les riverains vont pouvoir profiter de ce voisinage plaisant

  • phch il y a 10 mois

    Dans le cadre du plan de redressement des finances publiques, le gouvernement demande aux hôpitaux la suppression de 16.000 places en trois ans

  • phch il y a 10 mois

    L'école de mon village va fermer .