Centrale de Tricastin : les 29 militants de Greenpeace en garde à vue

le
0
Centrale de Tricastin : les 29 militants de Greenpeace en garde à vue
Centrale de Tricastin : les 29 militants de Greenpeace en garde à vue

Nouvelle action coup de poing de Greenpeace contre le nucléaire tôt ce lundi matin. Une vingtaine de militants ont pénétré dans la centrale de Tricastin (Drôme) vers 5 heures. Les derniers ont été délogés à la mi-journée et placés en garde à vue. Objectif de la manoeuvre : «Pointer du doigt toutes les failles de sécurité dans la production d'énergie nucléaire» en se rappelant au bon souvenir de François Hollande en plein débat sur la transition énergétique.

Des sanctions plus lourdes à l'étude

Les ministres de l'Intérieur et de l'Energie, Manuel Valls et Philippe Martin, ont rapidement demandé «un rapport d'inspection sur les conditions de l'intrusion». Et annoncé étudier la mise en oeuvre de «sanctions pénales plus lourdes» contre les écologistes faisant intrusion sur un site nucléaire. Selon le gouvernement, l'opération ne peut être qualifiée aujourd'hui que de «violation de propriété privée» ou d'«intrusion dans un point d'importance vitale», ce qui est «manifestement inadapté». «Il faut sans doute un arsenal juridique plus adapté et plus dissuasif sur ce genre d'action, tout comme nous devons réfléchir à renforcer les dispositifs de sécurité entourant les sites nucléaires», a expliqué le porte-parole de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

Une banderole à l'effigie de Hollande

A la mi-journée, le ministère de l'Intérieur a annoncé que les 29 militants de Greenpeace «qui s'étaient introduits dans la matinée sur le site du Tricastin ont été interpellés et placés en garde à vue». «Les 160 gendarmes mobilisés sur cette intervention poursuivent leur opération de fouille complète de l'ensemble du site afin de s'assurer qu'aucun militant ne se trouve encore dans l'enceinte», a ajouté le porte-parole de la place Beauvau.

Selon Greenpeace, plusieurs dizaines de militants, en majorité de nationalité étrangère, sont parvenus, en l'espace de vingt minutes, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant