Centrafrique : un gouvernement de transition nommé dans un contexte tendu

le
0
Centrafrique : un gouvernement de transition nommé dans un contexte tendu
Centrafrique : un gouvernement de transition nommé dans un contexte tendu

Le Premier ministre centrafricain André Nzapayeke a formé lundi son nouveau gouvernement de transition, composé à la fois de proches de l'ex-rébellion Séléka plutôt musulmane et des milices chrétiennes, ainsi que de figures connues de la politique centrafricaine. L'annonce intervient dans un contexte tendu. La capitale, Bangui, connaît depuis plusieurs jours un regain de violence entre chrétiens et musulmans, dans l'attente du vote mardi d'un projet de résolution des Nations unies prévoyant des sanctions à l'encontre des responsables de violences en République centrafricaine, à l'initiative de la France.

A peine nommé samedi par la présidente Catherine Samba Panza, le nouveau Premier ministre, André Nzapayeké, a fort à faire sur le front des violences interreligieuses et de la crise humanitaire sans précédent qui touche le pays, avec des centaines de milliers de déplacés, dont 400 000 à Bangui, soit la moitié de la population de la ville.

Des combattants de l'ex-rébellion évacués en nombre

De nombreux mouvements d'ex-Séléka ont été observés dans Bangui, toujours en proie au chaos. Selon Peter Bouckaert, directeur des urgences de l'ONG Human Rights Watch (HRW), un convoi emmenant des ex-Séléka a quitté la capitale centrafricaine dimanche, accompagné d'une lourde escorte, en direction de la ville de Bossembélé, au nord de Bangui. Les ex-combattants, pour beaucoup originaires de pays voisins comme le Tchad et le Soudan, sont actuellement en négociation avec la force africaine en Centrafrique (Misca) en vue de préparer leur départ, a ajouté M. Bouckaert.

Et lundi, plusieurs centaines de combattants de l'ex-rébellion ont été évacués de deux importants camps militaires qu'ils occupaient dans le sud de Bangui, sous escorte de soldats burundais de la Misca et de militaires français, avant d'être cantonnés dans un autre camp à la sortie nord de la ville.

La capitale toujours sous pression

Dans un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant