Centrafrique : un expatrié français blessé par balles

le
0
Centrafrique : un expatrié français blessé par balles
Centrafrique : un expatrié français blessé par balles

Un ressortissant français a été blessé par balles aujourd'hui dimanche à Bangui, la capitale de la République centrafricaine. Blessé au dos et au thorax, cet expatrié, dont l'identité n'a pas été dévoilée, à d'abord été conduit dans un hôpital de la ville (l'hôpital Communautaire) avant d'être dirigé vers le camp des forces françaises stationnées sur place, près de l'aéroport de Bangui. Son état était qualifié ce dimanche soir de stationnaire et il pourrait être rapatrié en France dès lundi.

Dans un pays plongé dans le chaos et qui ne compte plus qu'une centaine de ressortissants français, c'est la première fois qu'un Français est blessé depuis le renversement du président François Bozizé le 24 mars dernier par la coalition rebelle Séléka, aujourd'hui officiellement dissoute par son chef, Michel Djotodia, investi comme président de transition le 18 août. Des combattants de l'ex-Séléka multiplient les exactions contre une population épuisée par des années de troubles, rébellions et coups d'Etat.

Les circonstances précises dans lesquelles le ressortissant français a été blessé de deux balles ne sont toutefois pas connues. Il s'agit d'un homme qui vivait depuis un certain temps en Centrafrique, où il travaillait pour une société de lutte contre le braconnage. Le drame a eu lieu non loin du Stade de Bangui au cours d'une journée tendue, riche en incidents divers.

Un homme été mortellement blessé par balle et plusieurs personnes atteintes par des tirs dimanche en fin de journée à Bangui, lors de violences nées d'un différend entre un ex-militaire et un ex-rebelle. Il s'agirait «d'un caporal de l'ex-garde de l'ancien président François Bozizé», selon une source de la gendarmerie.

A la suite de cet incident, «un groupe d'habitants a entrepris d'ériger des barricades sur la voie publique pour exprimer son mécontentement. Des éléments de l'ex Séléka sont alors arrivés et ils ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant