Centrafrique-Remaniement et violences à l'approche des élections

le , mis à jour à 14:43
0

(Actualisé avec précisions sur le remaniement, témoins sur les violences, contexte) BANGUI, 30 octobre (Reuters) - La présidente par intérim de la République centrafricaine, Catherine Samba Panza, a décidé de remplacer plusieurs ministres, dont ceux de la Défense et de la Justice, a annoncé vendredi la radio publique, à six semaines d'élections censées restaurer la démocratie. La préparation de ce scrutin crucial se déroule sur fond de violences inter-religieuses qui ont fait 77 morts à Bangui, la capitale, en septembre. Outre les législatives et la présidentielle du 13 décembre, la République centrafricaine (RCA) doit préparer la visite du pape François prévue le mois prochain, le premier voyage en Afrique du chef de l'église catholique. Le pape a prévu de célébrer une messe en plein air et de se rendre dans une mosquée pour tenter de contribuer à rapprocher les différentes communautés religieuses du pays. La RCA est régulièrement endeuillée par des violences depuis le début 2013, lorsque les Seleka, des milices composées principalement de musulmans, ont déposé le président François Bozizé et pris le contrôle du pays, majoritairement chrétien. Les Seleka ont cédé le pouvoir à un gouvernement provisoire mais entre-temps, leurs exactions avaient favorisé la création de milices chrétiennes, les "anti-balaka", dont les attaques visant des musulmans ont poussé des milliers de civils à fuir, provoquant une partition de fait du pays. Dans le cadre du remaniement gouvernemental annoncé vendredi, Joseph Bindoumi, le président de la Ligue des droits de l'homme centrafricaine, remplace Marie-Noëlle Koyara au poste de ministre de la Défense. Chrysostome Sambia, un général de gendarmerie, sera chargé du ministère de la Sécurité publique, remplaçant à ce poste Saïd Paguindji, qui prend le portefeuille de la Justice. Les ministres du Développement rural et de la Jeunesse ont également été remplacés. Par ailleurs, quatre personnes ont été lynchées jeudi dans les rues de Bangui et deux d'entre elles démembrées, lors d'affrontements entre des chrétiens et des musulmans. Au total, les violences dans la capitale ont fait 11 morts depuis le début de la semaine. Des témoins ont rapporté que des habitants du quartier musulman de PK5 avaient lancé des attaques dans d'autres parties de la ville. "Ils ont brûlé une centaine de maisons du quartier de Kina et des autres quartiers environnants", a déclaré un habitant. "J'habite juste derrière l'église de Kina et ma maison a été brûlée. L'église aussi a été brûlée." Vendredi matin, des témoins ont rapporté que la situation était plus calme mais certains d'entre eux ont dit craindre que la violence n'empêche la tenue des élections de décembre. (Crispin Dembassa-Kette,; Nicolas Delame et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant