Centrafrique : les deux soldats français tués étaient âgés de 22 et 23 ans

le
0
Centrafrique : les deux soldats français tués étaient âgés de 22 et 23 ans
Centrafrique : les deux soldats français tués étaient âgés de 22 et 23 ans

Les deux soldats français décédés dans la nuit de lundi à mardi à Bangui (Centrafrique) faisaient partie du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres (Tarn). Nicolas Vokaer (23 ans) et Antoine Le Quinio (22 ans) avaient déjà participé à des opérations extérieures au Gabon et en Centrafrique, selon le Ministère de la Défense.

D'après la DICOD, le service de communication des Armées, ces « jeunes soldats aguerris et titulaires de récompenses militaires ont toujours fait preuve de professionnalisme et de sang froid dans la réalisation de leurs missions». Un hommage national est déjà planifié pour les deux militaires.

Nicolas Vokaer

Le soldat de première classe Nicolas Vokaer est né le 11 juillet 1990 à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). Il était célibataire et sans enfant. A 21 ans, après avoir obtenu son brevet d'études professionnelles option vente action marchande, il souscrit en 2011 pour trois ans un contrat d'engagé volontaire de l'armée de Terre. Il rejoint ensuite le 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres et suit sa formation initiale pour une durée de 6 mois durant laquelle, selon sa hiérarchie, «il fait preuve d'un fort potentiel et de prédispositions pour le métier des armes.»

Le 6 décembre 2011, il est élevé à la distinction de soldat de 1re classe et est affecté à la 1re compagnie de combat du 8e RPIMA. La même année, il obtient le brevet parachutiste à Pau. Il y occupe la fonction de tireur spécialiste «appui direct». Le 29 juin 2012, il obtient son certificat technique élémentaire (CTE) « voltige » dans le domaine combat de l'infanterie.

De décembre 2012 à mars 2013, il est désigné pour participer à l'opération «Boali 31» en République Centrafricaine en qualité de «tireur spécialiste appui direct». Le 17 octobre dernier, il est engagé avec sa compagnie en «qualité de tireur appui direct» au Gabon. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant