Centrafrique-Le parti de Bozizé appelle à voter Dologuélé

le
0
 (actualisé avec Noureddine Adam) 
    BANGUI, 22 décembre (Reuters) - Le parti politique de 
l'ex-président centrafricain François Bozizé, Kwa Na Kwa, a 
annoncé mardi son soutien à la candidature de l'ex-Premier 
ministre Anicet-Georges Dologuélé à l'élection présidentielle de 
dimanche. 
    Né en 1957, Anicet-Georges Dologuélé, qui a été investi 
comme candidat de son parti, l'Urca (Union pour le renouveau 
centrafricain), a été à la tête du gouvernement de 1999 à 2001. 
    Le chef rebelle Noureddine Adam, qui a proclamé ce mois-ci 
l'avènement d'un Etat indépendant dans les territoires sous son 
contrôle, est revenu d'autre part sur son opposition à la tenue 
des élections, présidentielle et législatives, de dimanche. 
    "Notre mouvement s'engage à contribuer de manière positive 
et sincère à un déroulement des élections dans le calme, la 
sérénité, sans violence, et avec une forte participation", 
lit-on dans son communiqué, rendu public par la présidence 
tchadienne, qui a joué un rôle de médiation avec Adam. 
    François Bozizé a été chassé du pouvoir au début 2013 lors 
de la prise du pouvoir par les rebelles musulmans de la Séléka 
en République centrafricaine, pays à prédominance chrétienne. 
Les violences qu'ils ont commises ont entraîné des représailles 
des milices chrétiennes anti-balaka, plongeant l'ancienne 
colonie française dans un cycle d'affrontements 
intercommunautaires. 
    François Bozizé, qui vit en exil en Ouganda la plupart du 
temps depuis son renversement, a vu sa propre candidature à la 
présidentielle du 27 décembre rejetée par la Cour 
constitutionnelle. 
    "Nous allons faire ce que nous pouvons pour que vous 
remportiez l'élection au premier tour", a dit Bertin Béa, 
secrétaire général du parti de Bozizé, Kwa Na Kwa. "Vous avez le 
soutien du parti, le soutien des militants et le soutien du 
président François Bozizé", a-t-il dit à l'adresse 
d'Anicet-Georges Dologuélé. 
    Les élections présidentielle et législatives du 27 décembre 
ont déjà subi plusieurs reports. Un référendum constitutionnel - 
première étape du processus électoral qui doit rétablir la 
démocratie après deux gouvernements de transition - s'est tenu 
le 13 décembre. 
    Quatre-vingt-treize pour cent des voix se sont portées en 
faveur de la nouvelle Constitution, ce qui ouvre la voie aux 
élections présidentielle et législatives, même si le taux de 
participation au référendum n'a été que de 38%, a déclaré mardi 
la Commission électorale nationale. 
 
 (Crispin Dembassa-Kette et Sébastien Lamba à Bangui, avec 
Madjiasra Nako à N'Djamena; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant