Centrafrique : le Parlement autorise la prolongation de l'opération militaire

le
1
Centrafrique : le Parlement autorise la prolongation de l'opération militaire
Centrafrique : le Parlement autorise la prolongation de l'opération militaire

Le Parlement a autorisé mardi la prolongation de l'opération militaire Sangaris. Au Sénat, le vote a été acquis par 328 voix pour, seuls trois sénateurs s'étant prononcés contre et 15 se sont abstenus. Les députés se sont prononcés par 428 voix pour, 14 contre et 21 abstention, à l'issue d'un débat parfois tendu, réclamant un passage de relais accéléré à une force de maintien de la paix des Nations unies. Douze UMP dont Bruno Le Maire et Laurent Wauquiez ont voté contre. Et après des hésitations, les élus du Front de gauche ont finalement voté en ordre dispersé.

Le Premier ministre a ouvert le débat, suivi du vote. Un vote exigé par la Constitution lorsque la durée de l'intervention excède quatre mois. L'intevention française risque de se poursuivre bien au-delà, de l'avis même du ministre de la Défense. Jean-Marc Ayrault a admis devant l'Assemblée que  les «difficultés» restaient «considérables» dans ce pays, malgré des «réels progrès, dans tous les domaines» depuis l'intervention française. «Nos efforts ont commencé à porter leurs fruits. L'embrasement généralisé qui menaçait a été évité», a cependant salué le Premier ministre, qui a rendu hommage aux trois soldats morts en Centrafrique. Selon lui, «une perspective se dessine». Le discours du Premier ministre était lu en même temps devant le Sénat par Laurent Fabius.

LA QUESTION DU JOUR. Centrafrique : soutenez-vous la prolongation de l'opération Sangaris ?

«Aux forces nationales, d'assurer, dans la durée, la sécurisation»

«Des élections doivent être organisées, d'ici février 2015 et des étapes importantes ont été franchies : le code électoral a été adopté et l'autorité électorale est en place», a-t-il rappelé. «Il y a urgence à ce que la communauté internationale mette les moyens nécessaires au respect de ce calendrier», a-t-il fait valoir. Pour assurer la sécurité du pays, «une opération de maintien de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspad le mardi 25 fév 2014 à 19:58

    La France est la-bas pour des années. On est passé d'une extermination par les musulmans à une extermination des musulmans. Un conflit ethnique ou religieux ne se règle pas en quelques mois