Centrafrique : le général Soriano à la tête de l'opération française

le
0
Centrafrique : le général Soriano à la tête de l'opération française
Centrafrique : le général Soriano à la tête de l'opération française

L'opération militaire que la France s'apprête à lancer en Centrafrique, baptisée «Sangaris», sera commandée par le général Francisco Soriano, selon «le Figaro». Paris espère faire adopter par le Conseil de sécurité de l'ONU son projet de résolution sur la crise en République centrafricaine autorisant le déploiement d'une force africaine soutenue par la France. Ce devrait être chose faite «au plus tard jeudi matin», selon l'ambassadeur français aux Nations unies Gérard Araud.

Le général Soriano est actuellement à la tête des forces françaises au Gabon, selon un source au ministère de la Défense. A ce titre, il a sous sa responsabilité l'opération Boali, qui assure depuis 2003 le soutien de la force africaine en Centrafrique. Selon le ministère de la Défense, plus de 600 hommes se trouvent déjà à Bangui, la capitale de la Centrafrique, ce pays d'Afrique centrale plongé dans le chaos par les bandes armées de la rébellion Séléka depuis mars 2013 et le départ du président François Bozizé.

«Nous sommes en train de parvenir à un consensus sur le texte après d'intenses négociations et nous devrions pouvoir adopter le projet de résolution jeudi matin au plus tard» a déclaré à New York, Gérard Araud en présentant à la presse le programme de la présidence française du Conseil. Paris assume cette présidence tournante au mois de décembre. Il a rappelé que le projet de résolution «donne mandat à la Misca (force panafricaine en Centrafrique) de protéger les civils et stabiliser le pays» et qu'il autorise les forces françaises à «soutenir la Misca».

Les missions du contingent français

Le texte demande au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de présenter dans les six mois un rapport pour «une transformation éventuelle de la Misca en opération de maintien de la paix de l'ONU si cela se révélait nécessaire à l'examen de la situation sur le terrain». Cette transformation ne sera pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant