Centrafrique : Le Drian et Fabius mettent la pression sur l'UE

le
0
Centrafrique : Le Drian et Fabius mettent la pression sur l'UE
Centrafrique : Le Drian et Fabius mettent la pression sur l'UE

Ils haussent la voix. Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian ont rappelé l'Union européenne à l'ordre ce vendredi. Dans une déclaration conjointe, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense enjoignent l'UE à respecter ses promesses.

Les ministres y précisent que «l'UE s'était engagée (...) à déployer une organisation militaire en soutien aux efforts internationaux pour stabiliser» la Centrafrique. Problème : selon eux, à ce jour «le compte n'y est pas» en dépit des contributions apportées par «certains Etats européens».

Menace sur l'opération prévue la semaine prochaine

Dans leur communiqué Fabius et Le Drian menacent : «Si un effort supplémentaire n'est pas réalisé très rapidement, il ne sera pas possible de lancer, comme prévu, cette opération indispensable la semaine prochaine». L'UE doit assumer «ses responsabilités en matière de sécurité internationale», continue la France.

Mi-février, l'Union s'était en effet engagée à fournir quelque 1000 soldats, en renfort des 2000 Français sur place et de la force africaine Misca, qui compte quelque 5400 hommes. Pour l'heure, les effectifs escomptés sur le terrain ne sont apparemment pas suffisants.  

Dans leur communiqué, les deux hommes soulignent une «opération indispensable». La Centrafrique continue en effet de sombrer dans le chaos. Depuis le début de l'opération militaire française Sangaris, le 5 décembre dernier, la situation est loin d'être stable dans ce pays enclavé. Les violences entre communautés chrétienne et musulmane ont atteint un point de non-retour.

Les civils musulmans, cibles des milices anti-balaka, ont été contraints de fuir le pays, souvent vers le Tchad ou le Cameroun. Amnesty International évoquait même en février un «nettoyage ethnique». 

Laurent Fabius, ministère des Affaires étrangères, interpelle l'UE 

#RCA La France appelle vigoureusement ses partenaires à s'en donner les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant