Centrafrique: la présidente dénonce une opération de «déstabilisation»

le
0
Centrafrique: la présidente dénonce une opération de «déstabilisation»
Centrafrique: la présidente dénonce une opération de «déstabilisation»

Une opération de la force de l'Union africaine en Centrafrique, appuyée par l'armée française, se déroulait vendredi dans la ville de Sibut (180 km au nord de Bangui) contrôlée par des combattants de l'ex-rébellion Séleka, au moment où les violences s'accentuent à Bangui. La nouvelle présidente centrafricaine, Catherine Samba Panza, a aussitôt accusé les ex-rebelles de vouloir «déstabiliser» son mandat, 10 jours après son élection à la tête du pays.

«Des informations concordantes relayées par les médias internationaux font état de l'irruption de groupes armés appartenant à l'ex-Séléka à Sibut avec des vélléités de sécession», malgré les appels à la paix et à la réconciliation du nouveau gouvernement, a dénoncé la présidente qui place la pacification du pays comme priorité. «Je suis informée des actes nuisibles en cours pour déstabiliser mon mandat. Je mets en garde ces aventuriers connus, qui ont pourtant montré leurs limites dans la gestion du pouvoir dans un passé récent», a-t-elle ajouté.

Lourdement armés, ces combattants sont commandés par Mamadou Rakis, ancien directeur général adjoint de la police centrafricaine de l'ex-président Michel Djotodia, et ont commis des exactions contre la population de Sibut, selon une source de la gendarmerie centrafricaine.

La population a fui en brousse

«Au moment où le gouvernement appelle au rassemblement, à la tolérance, et à la réconciliation nationale, certains de nos compatriotes veulent prendre sur eux la lourde responsabilité de diviser le pays. Or aucun Centrafricain digne de ce nom ne peut laisser prospérer un tel projet funeste et antipatriotique, irresponsable et dangereux. Le peuple centrafricain ne cédera en aucune manière un pouce de son territoire», a prévenu la nouvelle présidente. La Centrafrique peine à retrouver le calme malgré la présence des forces française et africaine.

Deux avions et deux hélicoptères français ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant