Centrafrique : la France va renforcer son contingent

le
0
Centrafrique : la France va renforcer son contingent
Centrafrique : la France va renforcer son contingent

Alors que la République centrafricaine est au bord du «génocide» de l'avis du Quai d'Orsay, la France a rappelé qu'elle allait «augmenter sensiblement» le nombre de ses soldats déployés en République centrafricaine (RCA) tandis que la Guinée compte déployer plus de 900 hommes au Mali, ont annoncé jeudi les présidents français François Hollande et guinéen Alpha Condé à l'Elysée.

Soulignant que la situation était «extrêmement grave» en RCA, le chef de l'Etat a indiqué que «la France qui a déjà 400 hommes sur place pour sécuriser notamment l'aéroport (de Bangui, Ndlr) et protéger ses ressortissants est prête à accompagner» le processus que les Nations unies sont sur le point d'engager. Dès septembre, l'envoi de 300 soldats supplémentaires avait été évoqué dans l'entourage présidentiel. «Des massacres ont déjà eu lieu, des exactions se sont produites, il y a même des conflits religieux qui sont en train d'apparaître», a fait valoir le chef de l'Etat français, relevant qu'il s'agissait «d'accompagner les Africains pour qu'ils assurent eux-mêmes leur sécurité».

La Centrafrique continue de s'enfoncer dans le chaos, au rythme des violences quotidiennes dans les provinces reculées comme à Bangui, ce qui a poussé lundi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à demander l'envoi de 6.000 Casques bleus. «Il n'y a pas de temps à perdre», pour François Hollande qui placera la situation de ce pays «au c?ur des discussions» lors du sommet de l'Elysée qui réunira une quarantaines de chefs d'Etat et de gouvernement africains les 6 et 7 décembre à Paris.

Plus de 900 soldats guinéens prévus au Mali

Le président guinéen a indiqué pour sa part que son pays allait «envoyer 927 soldats» au Mali, à Gao et Tombouctou, «au plus tard vers le mois de mars». «Il faut libérer le Mali définitivement» des islamistes toujours actifs au nord et "nous sommes décidés à accompagner IBK (le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant