Centrafrique : la France prête à envoyer 300 militaires de plus

le
0
Centrafrique : la France prête à envoyer 300 militaires de plus
Centrafrique : la France prête à envoyer 300 militaires de plus

La France serait prête «si nécessaire» à porter ses effectifs militaires en Centrafrique à 700/750 hommes, contre 450 actuellement, dans le cadre d'une opération internationale de maintien de la paix. C'est ce qui a filtré vendredi dans l'entourage de François Hollande.

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres de la planète, est en proie au chaos depuis la chute, en mars, du président François Bozizé, renversé par une coalition rebelle, Séléka, dont le chef, Michel Djotodia, s'est autoproclamé président. Mais le nouveau pouvoir à Bangui peine à restaurer l'ordre dans le pays qui s'enfonce dans la violence entre groupes armés, alors que les combattants de Séléka sont accusés d'exactions à répétition contre la population et les nouvelles autorités se sont montrées jusqu'ici incapables de restaurer l'ordre.

Jeudi, depuis Bamako (Mali), le président tchadien Idriss Déby Itno avait mis en garde sur la persistance de la menace jihadiste en Afrique, et plaidé pour une action en Centrafrique, qui risque, selon lui, de devenir un sanctuaire de terroristes». Son homologue français a également jugé que «le conflit (était, NDLR) en train de devenir une confrontation religieuse», déplorant par ailleurs «les femmes victimes de viols», «les enfants déplacés, perdus», «les villages anéantis».

Convaincre l'ONU d'une «opération de maintien de la paix»

Lors d'une réunion internationale le 25 septembre à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, la France entend plaider en faveur, dans un premier temps, de l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité renforçant le mandat de la force panafricaine déployée sur le terrain sous l'égide de l'Union africaine (Misca). Dans un deuxième temps, Paris espère faire voter une résolution qui transforme cette force en «opération de maintien de la paix» mais «c'est un objectif ambitieux, il va nous falloir un peu de temps, indique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant