Centrafrique : l'ONU recommande l'envoi de 12.000 Casques bleus

le
0
Centrafrique : l'ONU recommande l'envoi de 12.000 Casques bleus
Centrafrique : l'ONU recommande l'envoi de 12.000 Casques bleus

Afin de rétablir l'ordre et la sécurité en Centrafrique,Ban Ki-moon recommande d'y déployer près de 12.000 Casques bleus. Dans un rapport transmis aux 15 pays membres du Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU précise que «la priorité de la mission des Nations unies, dans une phase initiale, doit être la protection des civils».

«Il est envisagé que la taille de l'opération de maintien de la paix puisse aller jusqu'à 10.000 soldats et 1.820 policiers», y compris des capacités logistiques et de transport (comme des hélicoptères), explique le rapport. Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé lundi que la perspective du déploiement d'une opération de maintien de paix de l'ONU en Centrafrique «est aujourd'hui largement partagée et correspond à une attente exprimée par les autorités de transition».

Des soldats, des policiers, mais aussi des civils

Le mandat de cette future opération de maintien de la paix sera progressivement élargi pour couvrir «le soutien au processus politique» de transition, notamment la restauration de l'autorité de l'Etat sur tout le pays et l'organisation d'élections, la protection de la livraison de l'aide humanitaire, le respect des droits de l'homme ou le retour des milliers de personnes déplacées par les violences. Le rapport prévoit une mise en oeuvre de cette opération par étapes. «Une première vague de personnels militaires devra assurer les besoins de sécurité immédiats». Puis, «la police sera déployée progressivement et remplacera la majeure partie du personnel militaire au fur et à mesure que la sécurité s'améliorera», d'abord dans la capitale Bangui puis dans les provinces.

S'ajoutera peu à peu aux soldats et aux policiers une importante composante civile, non chiffrée dans le rapport. Ces civils --administrateurs, ingénieurs, observateurs des droits de l'homme, juristes-- seront chargés d'aider le gouvernement centrafricain à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant