Centrafrique : «L'intervention sera rapide», promet Hollande

le
2
Centrafrique : «L'intervention sera rapide», promet Hollande
Centrafrique : «L'intervention sera rapide», promet Hollande

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté ce jeudi un projet de résolution de la France autorisant le recours à la force pour les troupes d'intervention africaines et françaises. Sur place, la tension est encore montée d'un cran à Bangui, la capitale de la Centrafrique. Des tirs et détonations ont été entendus, faisant plusieurs victimes. Des journalistes ont dénombré ce jeudi après-midi 80 morts dans une mosquée de Bangui et des rues voisines. Dans un discours télévisé, le président François Hollande a donné son feu vert au déploiement militaire des troupes françaises afin de mettre fin aux heurts.

Les accrochages opposent les membres de milices chrétiennes d'autodéfense, les «anti-balaka» (anti-machettes), à des hommes armés issus des rangs de la coalition ex-rebelle Séléka ? depuis dissoute ? dirigée par Michel Djotodia. Ces derniers, qui se revendiquent musulmans, ont renversé en mars par un coup d'Etat le président François Bozizé, arrivé au pouvoir dix ans plus tôt, plongeant le pays dans le chaos.

>> QUESTION DU JOUR. Approuvez-vous l'intervention française en Centrafrique ?

Environ 250 soldats français ont été déployés ce jeudi dans le centre-ville, a prévenu l'état-major des armées. Tout comme la force africaine, l'armée française, plus que jamais «gendarme» de l'Afrique après le Mali, attendait le feu vert des Nations-Unies pour lancer son opération militaire, baptisée «Sangaris».

Le président de la République avait convoqué ce jeudi soir un conseil restreint de défense qui réunissait autour de lui le chef d'état major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, le chef d'état major particulier du président, Benoit Puga, les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Manuel Valls (Intérieur). Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en déplacement en Chine, ne peut pas y participer.

«Vu l'urgence, j'ai décidé d'agir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7446365 le jeudi 5 déc 2013 à 14:37

    ha oui on les voit bien sur la photo... des ex de l'equipe de France?

  • LeRaleur le jeudi 5 déc 2013 à 14:36

    Ils vont faire quoi las-bas, se faire trouer et dépenser du fric. On a besoin d'eux dans les banlieues.