Centrafrique : l'alarmante solitude de la France

le
1
Un homme s'attaque à un ex-rebelle présumé de la Séléka, arrêté lundi par des soldats français à Bangui.
Un homme s'attaque à un ex-rebelle présumé de la Séléka, arrêté lundi par des soldats français à Bangui.

S'il avoue volontiers le "danger" qu'elle représente, François Hollande n'a cessé de répéter la nécessité de l'intervention française en Centrafrique, lancée le 5 décembre dernier, pour éviter un "carnage". En effet, le pays est en proie au chaos depuis la prise du pouvoir en mars 2013 d'une coalition de rebelles à dominante musulmane, la Séléka, qui ont depuis multiplié les exactions contre la population, majoritairement chrétienne. Officiellement, l'envoi des 1 600 soldats français vise à "appuyer" la Misca, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, dont les 2 600 hommes (venus du Cameroun, du Congo, du Tchad et du Gabon) sont présents dans le pays depuis 2002.

Mais souffrant d'un manque criant de moyens et de préparation, cette force panafricaine (qui devrait à terme passer à 6 000 hommes) ne peut rien sur le terrain face à la multiplication des violences dans le pays, y compris des actes de vengeance des chrétiens. Une impuissance qui propulse de fait l'armée française en première ligne des combats, une nouvelle fois, après le Mali. "La guerre au Mali était inopinée, et seule la France disposait des moyens militaires pour agir rapidement", rappelle François Heisbourg, président de l'Institut international des études stratégiques (IISS). "Au contraire, en République centrafricaine, cela fait plusieurs mois que la crise couve, et la dégradation de la situation n'a en rien été une surprise."

Faible nombre de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4896128 le jeudi 12 déc 2013 à 17:10

    Un gouvernement qui prône la laïcité et qui, sans consulter ses pays amis (il n'y an a peut-être plus?), envoie nos soldats au casse-pipe dans un bourbier pour défendre les chrétiens! Le monde devra, de gré ou de force, se plier aux vues de ce grand pays qu'est la France!! Il faudra bien encore augmenter les impôts pour payer cette aventure égotique, pour laquelle les représentants du peuple ont été consultés... C'est vrai qu'une bonne guerre relance l'économie!...