Centrafrique : Jean-Yves Le Drian avec les soldats français à Bangui jeudi

le
0
Centrafrique : Jean-Yves Le Drian avec les soldats français à Bangui jeudi
Centrafrique : Jean-Yves Le Drian avec les soldats français à Bangui jeudi

Changement de décor pour Jean-Yves Le Drian. Après avoir passé le réveillon au Mali avec les troupes françaises, le ministre de la Défense rendra visite jeudi aux soldats basés à Bangui, la capitale centrafricaine. «Il prendra notamment le temps de discuter avec les hommes de la force Sangaris», nom de code de l'opération militaire française entamée le 5 décembre dans ce pays, a affirmé une source militaire sous couvert d'anonymat.

Au total, 1 600 soldats français ont été déployés en Centrafrique pour tenter d'enrayer l'engrenage de violences communautaires et inter-religieuses à l'oeuvre dans le pays depuis le renversement, en mars, du président François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka.

Cette visite à Bangui n'était pas inscrite au programme initial de la tournée africaine du ministre de la Défense, qui s'est rendu au Mali, puis au Niger et au Tchad, notamment dans l'optique du redéploiement des forces françaises au Sahel.

L'année a commencé par de nouvelles violences

L'année a commencé par de nouvelles violences dans la capitale centrafricaine. Des échanges de tirs ont fait un mort et quinze blessés, dont trois enfants, le jour du Nouvel An, poussant des centaines de civils à fuir vers le camp de déplacés à proximité de l'aéroport, a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon des témoignages de riverains, des affrontements ont éclaté en fin de matinée dans le 5e arrondissement de la capitale, proche de l'aéroport, entre ex-rebelles Séléka et milices chrétiennes «anti-balaka». Des tirs d'armes automatiques continus se rapprochaient du camp.

En une heure, 16 personnes, dont 3 enfants, ont été amenées des quartiers voisins à l'hôpital improvisé par Médecins sans frontières (MSF) dans le camp, tous blessés par balle ou victimes d'éclats de munitions. Sous une tente, ils sont soignés à même le sol. Un adulte est mort des suites de ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant