Centrafrique - Jean-Marc Ayrault : "Notre intervention est l'affaire de quelques mois"

le
1
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Jean-Marc Ayrault a assuré mardi à l'Assemblée que l'intervention française en Centrafrique, au cours de laquelle deux soldats français ont été tués, serait "l'affaire de quelques mois". "Le président de la République l'a dit très clairement : notre intervention sera rapide, elle n'a pas vocation à durer", a ajouté le Premier ministre, lors du débat sans vote au Parlement sur l'opération française en Centrafrique. "Le désengagement de nos forces commencera dès que la situation le permettra, en fonction de l'évolution sur le terrain et de la montée en puissance des capacités opérationnelles des forces africaines", a expliqué le chef du gouvernement, pour qui "ce doit être l'affaire de quelques mois"."Pour la France, l'inaction n'était pas une option", a aussi expliqué Jean-Marc Ayrault, ajoutant : "Attendre, c'était prendre le risque d'un désastre." "Attendre, c'était nous exposer au risque d'une intervention ultérieure, beaucoup plus coûteuse et difficile", a-t-il ajouté. Au cinquième jour de l'opération Sangaris, le Premier ministre a rappelé les objectifs de l'intervention. "Premièrement, rétablir la sécurité en République centrafricaine, enrayer la spirale d'exactions et la dérive confessionnelle, et permettre le retour des organisations humanitaires ainsi que le déploiement des structures étatiques de base", a détaillé Jean-Marc Ayrault . L'intervention des 1 600 soldats français doit aussi "favoriser la montée en puissance...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspad le mardi 10 déc 2013 à 17:14

    " affaire " à propos d'une action militaire: ça sonne mal et un peu de prudence n'aurait pas déparée, les "affaires' qui durent des années, on ne les compte plus !!