Centrafrique : Hollande à nouveau chef de guerre, moins d'un an après le Mali

le
3
Centrafrique : Hollande à nouveau chef de guerre, moins d'un an après le Mali
Centrafrique : Hollande à nouveau chef de guerre, moins d'un an après le Mali

Seule à pouvoir intervenir rapidement en Centrafrique,la France vient de recevoir le feu vert de l'Onu pour engager une nouvelle opération militaire sur le continent africain où elle est déterminée à faire cesser les massacres et à empêcher la déstabilisation de toute sa zone d'influence.

Moins d'un an après le début de «Serval» contre les groupes jihadistes au Sahel, et à peine quatre mois après avoir publiquement menacé Bachar-el-Assad d'une intervention militaire punitive en Syrie, François Hollande enfile donc de nouveau son costume de chef de guerre avec cette opération «Sangaris», désormais imminente. Si la situation se détériorait encore davantage à Bangui, où des affrontements entre bandes armées ont fait jeudi plusieurs dizaines de morts, les soldats français pourraient même intervenir dans les heures qui viennent.

La France toujours seule

Comme au Mali, la France part sans ses alliés européens, qui rechignent à l'accompagner sur le terrain dans ce que beaucoup considèrent toujours comme son pré carré. Mais les 1.200 soldats français, qui doivent être déployés en RCA, auront à leurs côtés 3.000 hommes de la force africaine, la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafique), qu'ils sont chargés d'appuyer. Une force encore mal équipée, dont le commandement reste à mettre en place, qui devra prendre dans quelques mois le relai des Français.

En Centrafrique, les militaires français aideront la Misca à monter en puissance. Mais en attendant que cette force, composée de contingents de pays de la région (Tchad, Cameroun, Congo, Gabon), soit pleinement opérationnelle, les Français devront encore faire l'essentiel du travail pour débusquer les bandes armées - ex-rebelles de la Seleka et milices d'autodéfense autoproclamées - et faire cesser les exactions.

La nouvelle politique africaine de la France

«Sangaris» s'inscrit ainsi dans la nouvelle politique africaine de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le jeudi 5 déc 2013 à 18:07

    Il a pris son air viril numéro 2, on va voir ce qu'on va voir ! Heureusement que l'armée est encore une structure hautement performante malgré son manque de moyens criant, que les socialistes s'acharnent à réduire ...

  • frk987 le jeudi 5 déc 2013 à 17:57

    Quand on a les moyens financiers de financer ce genre d'opérations totalement dé.biles uniquement pour remonter dans les sondages, pourquoi s'en priver ?

  • pichou59 le jeudi 5 déc 2013 à 17:54

    et pendant ce temps, la France se meurt??????