Centrafrique : encore des violences à Bangui

le
0
Centrafrique : encore des violences à Bangui
Centrafrique : encore des violences à Bangui

La situation reste tendue ce dimanche à bangui (Centrafrique), une semaine après les affrontements inter-religieux qui ont fait près de 600 morts dans tout le pays. A Bimbo, en périphérie sud de la capitale, un musulman a été tué dans la matinée par des chrétiens, selon une habitante du quartier qui a requis l'anonymat. «Il y a un mouvement de foule et les gens fuient», a-t-elle ajouté. Des tirs sporadiques, symptômes d'une situation encore tendue, ont également été entendus dans le centre de la capitale à l'aube.

Dans les rues dimanche, des milliers de chrétiens rejoignaient à pied ou entassés dans des taxis leurs paroisses et lieux de culte. Les églises sont pleines, d'autant que beaucoup d'entre elles accueillent des déplacés depuis les affrontements entre chrétiens et musulmans le 5 décembre.

L'archevêque de Bangui s'est, lui, rendu à l'église Saint-Charles à la sortie nord de Bangui, au PK-13, pour une messe à laquelle ont assisté environ 1.500 personnes. Le prélat était accompagné de deux soldats de la force africaine qui assurent sa sécurité. «Je suis venu apporter un message d'apaisement et de réconfort, a expliqué Monseigneur Dieudonné Nzapalainga. Il est temps d'arrêter les violences, d'être tolérant, de considérer l'autre comme un être humain et non pas comme un animal qu'on déchiquette comme je l'ai vu les derniers jours.»

La main tendue du président

Samedi soir, le président centrafricain Michel Djotodia, issu de l'ex-rébellion Séléka (qui avait pris le pouvoir par les armes en mars 2013), a proposé de dialoguer avec les milices chrétiennes "anti-balaka" (anti-machettes, en langue Sango), afin de tenter d'enrayer la spirale des violences.

VIDEO BFM-TV. Des conditions sanitaires catastrophiques à Bangui

Jusqu'à l'arrivée au pouvoir de la Séléka -coalition hétéroclite de groupes armés musulmans- en mars 2013, chrétiens et musulmans vivaient en bonne entente ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant