Centrafrique : Djotodia invite les milices chrétiennes au dialogue

le
1
Centrafrique : Djotodia invite les milices chrétiennes au dialogue
Centrafrique : Djotodia invite les milices chrétiennes au dialogue

Selon lui, la «survie» du pays en «dépend». Alors que la Centrafrique menace de nouveau de s'embraser après une reprise des tueries interreligieuses, le président Michel Djotodia, ex-chef de la rébellion Séléka, a appelé samedi au «sursaut national» et renouvelé son offre de dialogue aux milices chrétiennes pour arriver au désarmement. Mi-décembre, Michel Djotodia avait déjà fait une telle proposition de dialogue aux milices «anti-balaka» (anti-machette, en langue sango), en lutte contre les ex-membres de la Séléka, coalition hétéroclite de groupes armés musulmans qui a pris le pouvoir en mars 2013 avant d'être dissoute.

Appel au désarmement de tous

Alors que depuis le début de l'intervention française, les soldats se sont concentrés sur le désarmement des Séléka, le président Djotodia a appelé leurs ennemis à faire de même, en renouvellant son « entière disponibilité à discuter avec tous ceux qui ont pris les armes, à tort ou à raison, pour qu'enfin tous, sans exception, nous soyons désarmés». «Un désarmement physique mais aussi et surtout un désarmement de coeur, car la survie de notre nation en dépend», a-t-il souligné, en français, depuis sa résidence de Bangui, entouré de sa garde rapprochée dans le camp militaire de Roux. .

«De toute l'histoire récente de notre pays, la République Centrafricaine n'a jamais été autant au centre des préoccupations internationales», a fait observer l'ancien chef rebelle. «Une telle mobilisation de la communauté internationale nous interpelle tous (...). Transformons dès maintenant nos machettes, nos fusils et autres armes en bulletins de vote et gardons notre mal en patience», a-t-il dit. «Nous sommes condamnés à enclencher la bataille de la réconciliation nationale pour le triomphe du bien sur le mal. Mais pour y arriver, il nous faudra une plus grande dose de patriotisme et un sursaut national», a-t-il ajouté.

«Les élections à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le samedi 21 déc 2013 à 21:47

    Mou 1er sait gérer ce genre de situation?